Palais de l’Élysée - Sputnik Afrique, 1920
Présidentielle française 2022
La prochaine élection présidentielle française va se dérouler du 10 au 24 avril 2022.

Le gouvernement est "complice" de Zemmour, juge Arnaud Montebourg

© AP Photo / Philippe WojazerArnaud Montebourg
Arnaud Montebourg - Sputnik Afrique, 1920, 01.11.2021
S'abonnerTelegram
Arnaud Montebourg s’est lancé dans une diatribe enflammée contre Éric Zemmour, sur le plateau de LCI. Il a demandé des poursuites judiciaires contre le polémiste, tout en accusant le gouvernement de le ménager pour faire réélire Macron.
À six mois de l’élection présidentielle, le ton commence à monter entre les prétendants à la magistrature suprême. Après le récent coup de chaud d’Anne Hidalgo, c’est Arnaud Montebourg qui a dégoupillé sur le plateau de LCI, contre deux cibles simultanées: Éric Zemmour et Emmanuel Macron.
L’ancien ministre de l’Économie a tout particulièrement dézingué le polémiste, le qualifiant de "personnage extrêmement dangereux". Il lui a reproché de "cracher sur la Résistance et de réhabiliter la milice". Alors que l’essayiste n’est toujours pas officiellement candidat pour 2022, Arnaud Montebourg croit en outre savoir qu’il se déclarera près de la tombe du général de Gaulle. Une mise en scène qui sonnerait comme une "profanation", selon lui.
L’ancienne figure du PS a par ailleurs demandé des poursuites judiciaires contre Éric Zemmour, qu’il accuse de tenir des propos illégaux. Il a fustigé la mollesse du gouvernement en la matière, s’en prenant explicitement au ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti.

"Le gouvernement est complice. Cet individu a des propos racistes, antisémites, négationnistes. Pourquoi n’est-il pas poursuivi? Macron a bien un garde des Sceaux? Que fait-il de ses journées, place Vendôme, avec ses boutons de manchettes? Il pourrait peut-être signé un jour une demande de poursuites?", s’est ainsi emporté Arnaud Montebourg sur LCI.

Le présentateur Adrien Gindre lui a alors rappelé que la justice avait déjà rendu son jugement, condamnant Éric Zemmour pour "provocation à la discrimination raciale" en 2011 et prononçant plusieurs relaxes. L’ancien ministre a rétorqué que les tribunaux ne s’étaient prononcés "que sur un propos" et a affirmé que le polémiste avait récidivé depuis. "Tout ça mène à l’inéligibilité", a conclu le thuriféraire du Made in France.
Sur le sujet, Arnaud Montebourg rejoint donc le candidat communiste Fabien Roussel, qui avait ouvertement demandé à ce qu’Éric Zemmour soit déclaré inéligible, du fait de sa condamnation. Le député compte même déposer une résolution à l’Assemblée en ce sens, le 2 décembre.

Un calcul politique?

Arnaud Montebourg a également fait un tour du côté des arrière-cuisines politiques, affirmant que le gouvernement alimentait le phénomène Zemmour par calcul politicien. La montée en puissance du polémiste est censée permettre une réélection facile à Emmanuel Macron, selon l’ancien ministre.
"En vérité, le gouvernement a besoin de monsieur Zemmour. Vous savez pourquoi? Parce que c’est une garantie d’assurance-vie pour la réélection de Macron, laquelle semble de plus en plus difficile", a ainsi déclaré Arnaud Montebourg sur LCI.
Un constat qui irait pourtant à l’encontre des bruits de couloirs à l’Élysée. Dans l’entourage d’Emmanuel Macron, certains semblent en effet prendre très au sérieux la menace Zemmour, en vue de 2022. Fin septembre, Libération rapportait ainsi qu’un vent de panique soufflait désormais sur la majorité, qui s’attendait à une réédition du duel de 2017, contre Marine Le Pen.
La perspective d’un débat d’idées entre Macron et l’ex-éditorialiste de CNews ne semble guère emballer la garde rapprochée du Président, précisait pour sa part Le Point, le 21 octobre.
"Éric Zemmour, c’est une catastrophe pour Emmanuel Macron […] Il abaisse le seuil d’accès au second tour et peut le mettre en difficulté dans un débat, parce qu’il connaît beaucoup moins bien l’Histoire. Face à sa dialectique parfois filandreuse, Éric Zemmour est une lame", confiait ainsi un proche du Président à l’hebdomadaire.
Récemment, une "cellule de riposte" a même été créée par la majorité pour traquer les faux-pas des potentiels adversaires d’Emmanuel Macron. Une attention toute particulière serait portée aux faits et gestes d’Éric Zemmour, selon France Inter.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала