L'application TousAntiCovid et un masque - Sputnik Afrique, 1920, 22.09.2021
Covid-19

"Jetez-moi en prison": une députée européenne s’oppose à la vaccination

© AFP 2022 GEOFFROY VAN DER HASSELTUn pass sanitaire
Un pass sanitaire - Sputnik Afrique, 1920, 01.11.2021
S'abonnerTelegram
Avec l’introduction d’un pass sanitaire dans plusieurs pays de l’UE, les droits et les libertés civils sont passés de droits fondamentaux à privilèges, pointe un groupe de députés européens qui refusent de se faire vacciner.
Alors que plusieurs pays européens ont mis en place un pass sanitaire, certains eurodéputés continuent de clamer leur opposition à la contrainte vaccinale et à dénoncer son caractère discriminatoire.
Ainsi, six parlementaires européens ont tenu une conférence de presse le 28 octobre dans l'une des salles de presse du Parlement à Bruxelles. L'eurodéputée allemande Christine Anderson (Identité et démocratie, droite conservatrice et anti-immigration), faisant partie du groupe, a prononcé un discours dans lequel elle charge les groupes pharmaceutiques et les autorités des pays européens. La parlementaire s’indigne que le vaccin ne protège pas à 100% du virus ce qui, selon elle, prouve son inefficacité.
"Partout en Europe, les gouvernements se sont donné beaucoup de mal pour faire vacciner les gens. On nous avait promis que la vaccination changerait la donne et qu'elle restaurerait notre liberté. Il s'avère que rien de tout cela n’est vrai. Le vaccin ne vous immunise pas, vous pouvez toujours contracter le virus et vous pouvez toujours être contagieux. La seule chose que ce vaccin a faite à coup sûr a été de verser des milliards et des milliards de dollars dans les poches des sociétés pharmaceutiques", estime la députée qui s’insurge contre "l’exploitation" par des gouvernements des crises sanitaires pour la restriction des libertés individuelles, l’une des thèses-phares de la plupart des antivaccins.

"Je ne serai pas réduite à un simple cobaye en me faisant vacciner avec un médicament expérimental, et je ne me ferai certainement pas vacciner, car mon gouvernement me le demande et promet en retour la liberté. Soyons clairs sur une chose: personne ne m'accorde la liberté, car je suis une personne libre. Je lance un défi à la Commission européenne et au gouvernement allemand: jetez-moi en prison, enfermez-moi et jetez la clé, mais vous ne pourrez jamais me contraindre à votre vaccination, si le citoyen libre que je suis décide de ne pas l’être", poursuit-elle.

Il s’agissait de la deuxième conférence de presse sur le sujet organisée par ce groupe, la précédente ayant eu lieu le 20 octobre à Strasbourg.
"Nous avons vu dans cette crise que les droits et les libertés civils sont passés de droits fondamentaux à privilèges que les gouvernements accordent ou révoquent comme ils l’entendent", fustige le groupe dans un communiqué accessible sur le compte Facebook de Cristian Terhes (Conservateurs et réformistes européens), eurodéputé roumain.
Le cap des 70% franchi
Fin août, l’Union européenne a atteint son objectif des 70% d’adultes complètement vaccinés, selon la présidente de la Commission. D’après le site EuroVaccination, le Portugal occupe la première place dans le classement des pays de l’UE avec la couverture vaccinale la plus élevée (88,6% ayant reçu au moins une dose); Malte est 2e (83,6%), l’Espagne 3e (81,4%). La France pointe elle au 9e rang (75,7%), l’Allemagne au 13e (68,8%).
Outre la France, des pass sanitaires ont été introduits en Autriche, Estonie, Grèce, Bulgarie, Roumanie, Irlande, Lettonie, Lituanie, République tchèque, Slovaquie, Slovénie, à Chypre et aux Pays-Bas.
En France, sa mise en place a engendré le mécontentement d’une partie de la population qui manifeste depuis chaque samedi.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала