"Déclin de la France": un poids lourd LR réaffirme qu’il partage le constat de Zemmour

© AFP 2022 LUDOVIC MARINÉric Ciotti
Éric Ciotti - Sputnik Afrique, 1920, 01.11.2021
S'abonnerTelegram
Jugeant qu’Éric Zemmour "a su traduire et parler librement de [la] peur identitaire", le candidat au Congrès LR Éric Ciotti affirme qu’il "partage", "pour l’essentiel", "un constat" dressé par le polémiste concernant notamment le "déclin de la France".
Après avoir estimé fin octobre que de nombreux Français se "retrouvaient dans le discours" d’Éric Zemmour, le candidat à l’investiture LR Éric Ciotti est revenu dans son entretien à Livre Noir sur la montée du polémiste dans les sondages.

"Il a su traduire et parler librement de cette peur identitaire, c’est pour ça qu’il a sans doute ce regard de beaucoup de Français", estime celui qui avait affirmé qu'il voterait Zemmour en cas de duel avec Emmanuel Macron au second tour.

Sans s’être encore porté officiellement candidat à la présidentielle, Zemmour bénéficie depuis quatre semaines consécutives de 17% à 18% des intentions de vote pour la présidentielle 2022, selon Harris Interactive, dont les résultats des sondages le donnent au second tour, devant Marine Le Pen (16%). D’autres enquêtes le placent en troisième position, derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen, comme celle d’Elabe pour BFM TV du 27 octobre qui le crédite de 15 à 16% des intentions de vote.
Le constat du déclin de la France partagé
"Éric Zemmour dresse un constat. Pour l’essentiel je partage ce constat du déclin, en gros que je peux résumer à un déclin de la France", poursuit M.Ciotti, rappelant qu’ils ne sont pas issus de la même famille politique.
Un "déclin de la France" déjà évoqué à maintes reprises par Éric Zemmour, comme mi-octobre dans l’émission Face à Duhamel sur BFM TV.
"La question majeure c’est l’identité et le déclin de la France", estimait alors l’essayiste qui souhaite interdire l’utilisation des prénoms musulmans sur le sol français s’il devient Président.
Il avait alors dénoncé les "mesurettes démagogiques" de plusieurs candidats à la présidentielle qui ignorent "l’appauvrissement de la population française".
D’après Éric Ciotti, il ne faut pas "contredire" une personne disant "une vérité", qui conclut: "Je ne perdrai pas de temps dans des débats stériles, inutiles, stigmatisants sur les uns ou sur les autres".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала