Un destroyer lance-missiles américain entre en mer Noire

© Flickr / DVIDSHUBUn destroyer US Porter
Un destroyer US Porter - Sputnik Afrique, 1920, 30.10.2021
S'abonnerTelegram
Après que les États-Unis ont annoncé le lancement d’exercices navals en Méditerranée et en mer Noire, un destroyer américain est entré dans cette dernière. Mais la corrélation entre cette annonce et ce mouvement n’a pas été précisée. La Flotte russe de la mer Noire surveille la situation.
Le 29 octobre, la Sixième Flotte de la Marine des États-Unis a annoncé sur son compte Twitter que le destroyer lance-missiles américain USS Porter (DDG-78) se dirige vers la mer Noire «pour opérer avec nos alliés et partenaires de l'Otan dans la région».
Ce samedi 30 octobre, le navire était déjà entré dans les eaux de la mer Noire, selon le Centre de contrôle de la défense nationale, qui fait partie du ministère russe de la Défense, cité par Sputnik.
Celui-ci a précisé que la Flotte russe de la mer Noire le surveillait.
Précédemment, les États-Unis, dans le cadre de l'Otan, avaient lancé des opérations navales en Méditerranée et en mer Noire, selon un communiqué de la Sixième Flotte de la Marine américaine, publié le 29 octobre.
Le navire de commandement Mount Whitney et «les états-majors embarqués opéreront aux côtés des alliés et des partenaires de l'Otan en Méditerranée et en mer Noire, travaillant ensemble pour assurer la sécurité et la stabilité dans la région», rapporte le document.
Mais la Marine américaine n'a pas précisé quelles opérations conjointes seraient menées.
Toutefois, il n'est pas précisé si l'envoi du destroyer USS Porter dans la région est lié à l'opération annoncée.

Une tentative de violation des frontières

Un peu plus tôt, le 15 octobre, le destroyer américain Chafee avait essayé de pénétrer dans les eaux territoriales russes en mer du Japon. Il avait bravé l’avertissement émis par le grand bâtiment russe Amiral Tribouts, et n’avait changé de cap que lorsque la distance entre les deux navires n'était plus que de 60 mètres.
Auparavant, les militaires russes avaient procédé à des tirs de semonce en direction du destroyer britannique HMS Defender qui avait violé le 23 juin les frontières russes en mer Noire, au sud de la Crimée. Le Kremlin avait alors promis une réaction "dure" en cas de répétition.

Les relations Russie-Otan

Ces faits interviennent sur fond de relations tendues entre la Russie et l’Otan. Après que l’Alliance a annoncé une expulsion de diplomates russes, le Kremlin a rétorqué en suspendant à partir de début novembre les travaux de la mission de liaison militaire de l’Alliance à Moscou.
En outre, le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, avait constaté que l’Otan renforce ses infrastructures militaires et multiplie les vols de ses avions tactiques et de reconnaissance à proximité immédiate des frontières russes. Il avait ainsi qualifié la situation militaro-politique dans les régions frontalières de compliquée.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала