Nucléaire: la France peut-elle contrer l’appétit des Américains en Europe?

© AFP 2022 JEFF PACHOUD / AFPCentrale nucléaire de Cruas-Meysse
Centrale nucléaire de Cruas-Meysse - Sputnik Afrique, 1920, 30.10.2021
S'abonnerTelegram
La France et la Pologne ont une carte à jouer à Bruxelles pour faire reconnaître le nucléaire comme énergie verte. Mais il est peut-être trop tard pour permettre un développement français de l’atome sur le Vieux Continent. Analyse.
Emmanuel Macron recevait le 27 octobre à l’Élysée, à l’occasion d’un déjeuner, son homologue polonais Andrzej Duda. Au menu: État de droit et traitement des réfugiés. Selon un communiqué de presse du Palais, le Président français aurait ainsi fait part de "ses préoccupations sur l’indépendance de la justice" polonaise et souligné la nécessité de protéger les frontières extérieures de l’Union de façon "à la fois efficace et respectueuse de nos valeurs".
Dans tous les esprits demeurait le "bras de fer" auquel Bruxelles et Varsovie se livrent depuis plusieurs années, notamment à la suite de l’arrêt rendu début octobre par la plus haute juridiction polonaise. Celle-ci avait conclu que l’interprétation faite par la Cour de justice de l’UE de certains articles de la Constitution européenne était incompatible avec la Constitution polonaise. Pourtant, un tout autre dossier chaud semble demeurer sous les radars médiatiques: celui des réacteurs nucléaires.

Cachez ce nucléaire que je ne saurais voir

En effet, depuis près d’un an, Paris prépare le terrain pour la vente de réacteurs nucléaires EPR à Varsovie. Lors de la rencontre en mars, toujours à l’Élysée, entre Emmanuel Macron et le chef du gouvernement polonais Mateusz Morawiecki, c’est la presse polonaise qui a vendu la mèche à propos de ces discussions. Même chose concernant déplacement à Varsovie, un mois plus tôt, du PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy, flanqué du ministre délégué en charge du Commerce extérieur Franck Riester afin de vanter les mérites de la "filière d’excellence" française qu’est le nucléaire. Seule la remise par EDF de sa copie mi-octobre, proposant quatre à six réacteurs nucléaires à la Pologne, a fait exception à cette loi du silence.
Vue générale de la construction du réacteur européen à eau sous pression (EPR) de troisième génération à Flamanville, France. - Sputnik Afrique, 1920, 09.03.2021
Nucléaire en Pologne: un bras de fer franco-américain perdu d’avance pour EDF?
Et c’est un secret de polichinelle qu’en France le nucléaire est un sujet politiquement sensible. Variable d’ajustement des accords électoraux de ces dernières décennies, la disparition de l’atome à l’horizon 2050 est même envisagée par certains scénarios. Pourquoi alors acheter à la France ce qu’elle semble ne pas vouloir chez elle?
Pour Fabien Bouglé, auteur de l’ouvrage Nucléaire: les vérités cachées (Éd. du Rocher, 2021), il y a urgence à en finir avec cette "autoflagellation" en matière d’industrie nucléaire. Mais aussi à s’activer en matière de lobbying.

"Il y a quelque chose de malsain à tout mélanger. C’est toujours le problème avec la France, qui fait passer les problématiques de démocratie avant toute chose. Laissons tranquille la Pologne dans l’expression de sa souveraineté polonaise et occupons-nous de leur vendre des centrales nucléaires", conseille l’essayiste au micro de Sputnik.

Le risque de se mettre à dos la Pologne est d’autant plus important que la France n’est pas seule à lorgner ce marché estimé à 34 milliards d’euros. Face à EDF, les Américains ont aligné leurs champions industriels (Westinghouse et General Electric) et autant dire qu’ils n’entendent pas laisser la moindre chance aux Français. En octobre 2020, la veille de l’élection présidentielle américaine, Varsovie signait avec l’administration Trump un accord préliminaire de coopération. Cet accord intergouvernemental visait à "développer le programme d’énergie nucléaire de la Pologne". En réponse, le patron d’EDF proposait devant les médias polonais de financer les deux tiers du projet.

Pologne: un marché acquis aux Américains?

"Les questions de défenses et d’énergie sont intimement liées. Les Américains ont un très net avantage", abonde un consultant pour des groupes énergétiques qui a tenu à conserver l’anonymat. Selon lui, le dossier américain, avec son modèle de centrales éprouvé, est bien plus "béton" que celui des Français et leurs EPR. Une longueur d’avance US confortée par le fait que la Pologne a jusqu’ici systématiquement fait le choix des États-Unis au détriment des Européens dès lors qu’il était question de sa sûreté.
Côté français, le souvenir du chantage effectué par Varsovie pour que Paris renonce à livrer les Mistral à Moscou est encore vif. En 2015, le gouvernement polonais avait menacé d’annuler le contrat de 50 hélicoptères multirôle Caracal signé avec Eurocopter si les deux BPC Mistral étaient vendus aux Russes. Paris s’était exécuté mais quelques mois plus tard, Varsovie avait tout de même déchiré le contrat pour acheter directement des appareils américains.
Pour Fabien Bouglé, le choix de la Pologne en faveur de centrales nucléaires américaines aurait des conséquences beaucoup plus graves sur l’intégrité de l’Union européenne que les questions d’indépendance de la justice qui taraudent Bruxelles et les rédactions occidentales.

"On en revient à Euratom, la communauté européenne de l’énergie atomique, qui est l’une des fondations de l’Union européenne. Comment peut-on imaginer que la Pologne ne développe pas ses capacités nucléaires avec des partenaires européens? À quoi rimerait une Union européenne basée sur une union atomique, et l’un de ses États membres qui n’y prendrait pas part? Cela n’aurait aucun sens, ce serait vraiment grave! Dans ces conditions, il faudrait se demander à quoi sert l’Union européenne."

Pourtant, sur ce dossier nucléaire, l’UE n’est pas nécessairement la meilleure alliée de la France, bien au contraire.

Quand le lobbying antinucléaire allemand fait le jeu de Washington

À Bruxelles, le sort de l’atome dans la taxonomie verte n’a toujours pas été tranché. Ne pas l’y intégrer aurait pour conséquence de détourner les flux financiers de tout investissement dans le nucléaire. Une telle perspective ne joue clairement pas en faveur d’une carte européenne pour une dizaine de pays de l’Union –dont la France. Ceux-ci ont cosigné début octobre une tribune appelant la Commission à intégrer l’énergie nucléaire à son "green deal".
Tout ceci est sans compter sur le lobbying allemand qui, sous couvert d’antinucléaire, avance ses propres pions en Europe. Après leur pression pour faire fermer Fessenheim en France, les députés écologistes allemands font dorénavant le forcing sur la Pologne. Et ce afin qu’aucune centrale nucléaire ne voie le jour à "quelques centaines de kilomètres" de Berlin.
Des chars M1 Abrams lors des exercice en Lettonie - Sputnik Afrique, 1920, 12.07.2021
Des chars Abrams plutôt que des Leopard 2? Varsovie plus que jamais à l’heure américaine
Varsovie produit environ 70% de son électricité grâce au charbon. Les EPR proposés par EDF permettraient à ce pays de 38 millions d’âmes de couvrir 40% de ses besoins électriques. Mais c’est également à plus court terme un sérieux prospect pour l’industrie gazière allemande. Le gaz ne pesant actuellement qu’à peine 6% de la production électrique polonaise présente l’avantage d’être, quant à lui, estampillée énergie "verte" par la Commission européenne.
Aujourd’hui, la Pologne n’est pas le seul État intéressé par les centrales nucléaires américaines. En Roumanie, autre pays phare de l’Otan en Europe de l’Est, les États-Unis ont déjà raflé le marché grâce au même type d’accord de coopération que celui signé avec la Pologne. L’Ukraine, pourtant financièrement bien plus aidée par l’Union européenne que les États-Unis, a sollicité Washington pour le renouvellement de son parc nucléaire. Même chose en Bulgarie. Tous ces accords "annoncent au reste du monde que l’Amérique est de retour dans le domaine du nucléaire grâce à la technologie de pointe américaine". Une déclaration parlante de l’ambassadrice américaine à Varsovie, Georgette Mosbacher, faite lors de la signature de l’accord intergouvernemental américano-polonais…
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала