Palais de l’Élysée - Sputnik Afrique, 1920
Présidentielle française 2022
La prochaine élection présidentielle française va se dérouler du 10 au 24 avril 2022.

"Y’en a marre": Anne Hidalgo n’a pas apprécié d’être comparée à Arnaud Montebourg – vidéo

© AP Photo / Christophe EnaAnne Hidalgo
Anne Hidalgo - Sputnik Afrique, 1920, 29.10.2021
S'abonnerTelegram
Anne Hidalgo n’a pas apprécié que Jean-Jacques Bourdin compare sa "reconquête" avec la "Remontada" de l’ex-socialiste Arnaud Montebourg. Bien qu’en difficulté dans les sondages, elle a réaffirmé sa volonté d’aller "jusqu’au bout".
De retour de son meeting à Lille censé marquer le véritable départ de sa campagne, la socialiste Anne Hidalgo est venue parler de sa "reconquête" sur RMC jeudi 28 octobre. Un terme que le présentateur Jean-Jacques Bourdin a comparé au programme "la Remontada de la France" d’Arnaud Montebourg, également candidat et ancien du Parti socialiste.
"Oui, je ne vais pas commenter, vous savez. Y'en a marre des phrases et des machins, on s'en fiche de ça, mais à un point...", s’est agacée la maire de Paris.
Elle assure qu’elle ira "jusqu’au bout" et espère bénéficier d’un nouveau souffle grâce à une équipe composée à la fois de maires divers et de membres du Parti socialiste (PS), pour un programme présidentiel basé sur "l’humain". Ses thèmes privilégiés seront "le travail, la santé et l’école, ce qui fait nos vies".

Défi

De son propre aveu, Anne Hidalgo porte sur ses épaules la responsabilité de remettre sur les rails son parti qui a subi "une défaite extrêmement dure" en 2017, en référence au maigre score de 6% obtenu par son prédécesseur Benoît Hamon, désormais retiré de la politique. La candidate peine d’ailleurs à faire décoller sa campagne, malgré l’obtention facile de l’investiture du PS il y a deux semaines.
Le sondage Harris Interactive pour Challenges du 27 octobre la donne à 5%, tout juste pour bénéficier du remboursement de ses frais de campagne. Elle se situait d’ailleurs sous ce seuil critique la semaine précédente, après un pic à 8% début septembre. Elle peine à susciter l’engouement jusque dans son propre camp, lequel a notamment peiné à défendre son ambitieuse proposition de doubler le salaire des enseignants en un quinquennat.
François Hollande, bien qu’affirmant sa fidélité à sa famille politique, a dénoncé dans son dernier ouvrage "Affronter" qu’"à gauche, toutes les candidatures sont lilliputiennes". "C'est à partir de janvier qu'une candidature se détache", espérait-il toutefois lundi sur RTL. Espoir partagé par Mme Hidalgo qui scandait samedi dernier, devant 1.500 personnes: "Je suis là, je me bats et je me battrai jusqu’au bout, jusqu’à la victoire".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала