Au Mali, le changement climatique impose des conditions de vie à la limite du supportable

CC BY 2.0 / bobrayner / Western SaharaSáhara Occidental
Sáhara Occidental - Sputnik Afrique, 1920, 29.10.2021
S'abonnerTelegram
Le changement climatique se fait sentir partout dans le monde, mais au Mali, où sévit un conflit dévastateur depuis près de dix ans, il impose à d'innombrables personnes des conditions de vie à la limite du supportable, souligne le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).
Dans une déclaration à l'approche de la COP26 et à l'issue de la visite qu'il a effectuée au Mali, le directeur général du CICR, Robert Mardini, a laissé entendre qu'alors que les dirigeants du monde entier s'apprêtent à se réunir à Glasgow pour le sommet de la COP26, les communautés touchées par les effets conjugués des conflits armés et des crises climatiques doivent être au cœur des préoccupations.
"Bien qu'elles soient les plus vulnérables face au changement climatique, elles sont trop souvent les grandes oubliées de l'action pour le climat", a-t-il déploré.
Et de poursuivre qu’au Mali, les effets du changement climatique viennent aggraver une situation déjà dramatique, notant que le conflit armé qui sévit dans le pays depuis 2012 perturbe considérablement la vie des Maliens.
’’D'abord concentré dans le nord du pays, il a gagné les régions centrales, semant la mort, jetant sur les routes des communautés entières et détruisant le tissu économique local’’, a fait remarquer M. Mardini.
Parallèlement, ’’le climat au Mali est de plus en plus chaud et sec. Le désert du Sahara, qui occupe déjà les deux tiers du pays, continue de gagner du terrain. Les précipitations annuelles sont de plus en plus difficiles à prévoir. Et les phénomènes météorologiques extrêmes, tels que les inondations et les sécheresses, sont de plus en plus fréquents’’, a-t-il expliqué.
Ces changements affectent les routes traditionnelles de transhumance et poussent les éleveurs à se rabattre vers des zones où les ressources naturelles disponibles sont limitées, ce qui accentue les risques de tensions entre éleveurs et agriculteurs.
Dans le même temps, le conflit et l'instabilité qu'il engendre font qu'il est encore plus difficile pour les populations de s'adapter au changement climatique, par exemple de modifier leurs pratiques agricoles ou de changer d'activité de subsistance, relève la même source.
’’Mais le Mali n'est pas le seul pays touché. Ses voisins ne sont pas non plus épargnés. Dans la région du Sahel, qui englobe aussi le Burkina Faso, le Niger, le Tchad et la Mauritanie, plusieurs crises profondément ancrées se conjuguent et s'exacerbent : la violence s'intensifie, l'insécurité alimentaire augmente et le changement climatique s'accélère’’, a révélé le directeur général du CICR.
D'après les Nations Unies, les crises climatiques qui affectent le Sahel ont déjà endommagé près de 80 % des terres agricoles de la région, réduisant drastiquement les ressources locales de nourriture. Quelque 29 millions de personnes auraient besoin d'une assistance et d'une protection humanitaires : un record, quand on sait que la population locale est appelée à plus que doubler d'ici 2050 pour passer à plus de 190 millions, d’où le risque de voir d'innombrables familles prisonnières de crises à répétition pendant des années est bien réel.
’’Sans un soutien résolu de la part de la communauté internationale, la situation au Mali ne fera qu'empirer. Et des crises similaires se produiront dans de nombreux autres pays de la planète’’, a insisté M. Mardini.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала