Palais de l’Élysée - Sputnik Afrique, 1920
Présidentielle française 2022
La prochaine élection présidentielle française va se dérouler du 10 au 24 avril 2022.

Effet Zemmour? Le Pen hausse le ton contre les familles des mineurs multirécidivistes

© AFP 2022 Yann CoatsaliouMarine Le Pen
Marine Le Pen - Sputnik Afrique, 1920, 28.10.2021
S'abonnerTelegram
Les parents des délinquants doivent être privés de leurs allocations familiales et expulsés des logements sociaux, a avancé la candidate RN suite à une nuit de violences urbaines à Alençon. Une proposition qui intervient en pleine poussée d’Éric Zemmour au détriment de son parti sur les sujets régaliens.
Venue à Alençon (Orne), théâtre de violences urbaines dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 octobre, la candidate du RN a avancé ses propositions afin de résoudre le problème.

"Pour nous, c’est un échec total de gouvernement, un échec de toutes les politiques qui ont été mises en œuvre, la politique de la Ville, la politique d'immigration, la politique pénale, la politique carcérale. Il est très urgent de passer un coup de vis pour que cesse cette insécurité permanente dans notre pays", a déclaré la candidate devant les journalistes ce 28 octobre.

Elle a ajouté que ce genre d’émeutes, quand les forces de l’ordre sont prises dans les guet-apens, "n’existe pas à l’étranger" et est une "spécialité" française.

Ni allocation, ni logement

La candidate RN a proposé de poursuivre pénalement les parents de ces mineurs multirécidivistes et les priver d’aides et de logements sociaux. "Il faudra supprimer les allocations familiales des familles de délinquants, les expulser des logements sociaux", a-t-elle asséné.
Ce n’est pas la première fois que le parti de Marine Le Pen prône de pareilles mesures. En mars, Jordan Bardella a également proposé de responsabiliser les parents de mineurs multirécidivistes, ainsi que d’abaisser la majorité pénale à 16 ans en réponse aux rixes entre jeunes.
Par ailleurs, une majorité de Français (60%) se dit favorable à l’expulsion des familles de délinquants des logements HLM, à en croire à un sondage CSA publié en septembre.

Sur les bavures policières

Marine Le Pen a également eu un échange assez tendu avec un jeune du quartier, qui voulait parler à la candidate de certaines dérives et "bavures" de la part des forces de l’ordre. "Et les bavures de pompiers, c'est quoi alors? Pourquoi on attaque aussi les pompiers? Il faut arrêter de raconter des histoires", l’a coupé la candidate.

"Moi, le matin quand je me réveille, je vois pas des tirs de mortier mais tout le monde qui s'entraide. Après, je suis d'accord, je vois aussi des tirs de mortier mais c'est des trucs de méchant. Elle dit aussi la vérité mais elle nous met tous dans le même panier ", a réagi cet adolescent auprès de BFM TV suite à son échange avec Mme Le Pen.

Une nuit de violences urbaines a perturbé la commune d’Alençon, où plus d’une dizaine de véhicules ont été brûlés dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 octobre. Arrivés sur les lieux, les pompiers et les forces de l'ordre ont été pris pour cible et visés par des tirs de mortiers d’artifice.
La championne du RN est revenue à ses fondamentaux régaliens depuis qu’Éric Zemmour est devant elle dans les sondages. Ainsi, pour la quatrième semaine consécutive, le presque candidat rassemble entre 17 et 18% d’intentions de vote au second tour, selon le dernier sondage d’Harris Interactive paru le 27 octobre. Marine Le Pen se qualifie juste après le polémiste avec 16% des voix.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала