Palais de l’Élysée - Sputnik Afrique, 1920
Présidentielle française 2022
La prochaine élection présidentielle française va se dérouler du 10 au 24 avril 2022.

Une ex-animatrice de Canal+ ironise sur les sympathisants de Zemmour, "Blancs" et "vieux"

© AP Photo / Michel EulerÉric Zemmour lors d'une présentation de son livre "La France n'a pas dit son dernier mot"
Éric Zemmour lors d'une présentation de son livre  La France n'a pas dit son dernier mot - Sputnik Afrique, 1920, 27.10.2021
S'abonnerTelegram
Suite à la venue d’Éric Zemmour à Biarritz dans le cadre de la tournée promotionnelle de son livre, Maïtena Biraben, ancienne animatrice de Canal+, s’est étonnée que beaucoup des sympathisants venus l’écouter soient Blancs. Ensuite elle a supprimé son tweet.
La venue d’Éric Zemmour à Biarritz a déclenché beaucoup de réactions. Le 26 octobre l’essayiste a tenu un meeting-dédicace. Près de 1.400 personnes sont venues l’écouter et environ 200 manifestants hostiles l’attendaient devant l’entrée du bâtiment.

Remarque controversée

En observant la photo de la salle où le meeting avait lieu, Maïtena Biraben, présentatrice du Grand journal sur Canal+ en 2015, a posté un commentaire: "Beaucoup de Blancs, non?". Quelques minutes plus tard le message a été supprimé, mais au moins un utilisateur, sympathisant de Zemmour, en a fait une capture d’écran. D’après Valeurs actuelles, certains ont jugé ce message "raciste".

Pas seulement "Blancs", mais "vieux" également

Ce 27 octobre l’ex-animatrice de 53 ans a voulu éclaircir ses propos. "J’aurais pu dire vieux aussi! Ce n’est pas grave mon chaton d’être blanc et vieux", a-t-elle ironisé sur Twitter sans expliquer la raison de la suppression de son commentaire de la veille.
Maïtena Biraben est connue pour ses remarques ambiguës. Ainsi, en 2016 elle avait été virée de Canal+ pour "faute grave" après avoir loué le Front national, parti qui tenait un "discours de vérité" selon elle. Quelques mois après elle avait admis être "malhabile". En 2021 la justice a condamné Canal+ à l’indemniser à hauteur de 3,5 millions d'euros pour l'avoir licenciée sans "cause réelle" ni "sérieuse".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала