Sénégal: un assaut contre la rébellion en Casamance se prépare-t-il à Bissau?

© AFP 2022 JOHN WESSELSDes militaires sénégalais prennent position près d'une base récemment prise aux rebelles du Mouvement des Forces démocratiques de Casamance (MFDC) dans la forêt de Blaze, le 9 février 2021
Des militaires sénégalais prennent position près d'une base récemment prise aux rebelles du Mouvement des Forces démocratiques de Casamance (MFDC) dans la forêt de Blaze, le 9 février 2021 - Sputnik Afrique, 1920, 27.10.2021
S'abonnerTelegram
La récente et brève visite du chef des armées sénégalaises à Bissau pourrait-elle être l’étape finale de mise en œuvre d’une offensive de grande envergure contre la rébellion indépendantiste qui perdure dans le sud du Sénégal depuis quatre décennies?
Le 22 octobre, le chef d’état-major de l’armée sénégalaise, le général Cheikh Wade, flanqué de plusieurs officiers supérieurs, tient à Bissau une séance de travail avec son homologue bissau-guinéen, le général Biague Na Ntan, puis est reçu en audience par le Président Umaru Sissoco Embalo. À peu près au même moment, à environ 170 km en territoire sénégalais, six jeunes gens à bord d’une calèche sautent sur une mine et sont tués alors qu’ils revenaient de la prière hebdomadaire du vendredi, suscitant l’émotion dans le pays. La relation entre les deux événements n’est pas établie, mais la descente du général Wade à Bissau intervient dans un contexte marqué par la volonté du Sénégal d’anéantir définitivement un indépendantisme sudiste qui perdure.
"La visite du chef d’état-major de l’armée sénégalaise à Bissau est tout sauf anodine. Elle fait suite aux opérations militaires d’envergure lancées en Casamance pour démanteler les bastions de la rébellion. C’est ainsi que la fameuse base de Sikoune a été détruite. Il est vrai que les liens personnels que le Président Macky Sall entretient avec son homologue bissau-guinéen pourraient constituer une fenêtre d’opportunité pour l’armée sénégalaise de nettoyer la frontière sud où sévissent encore des groupes rebelles certes affaiblis mais toujours actifs", analyse pour Sputnik le journaliste sénégalais Barka Bâ, chercheur en sciences politiques et bon connaisseur des dynamiques conflictuelles dans cette partie de la sous-région ouest-africaine.
En janvier dernier, l’armée sénégalaise a lancé une grande offensive pour "sécuriser" le retour dans leurs villages de milliers de personnes contraintes à l’exil intérieur du fait des violences et mettre un terme aux trafics divers dont ceux, lucratifs, du bois et de drogue. Neuf mois plus tard, assiste-t-on aux prémices d’une nouvelle opération visant à "terminer le travail" et réduire le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance "à sa plus simple expression", comme M.Sall le disait?
"L’hypothèse est loin d’être utopique. Je rappelle que sous le magistère de l’ancien Président Abdoulaye Wade, il y a eu un précédent. C’est quand l’armée sénégalaise s’est appuyée sur les troupes du général bissau-guinéen Tagme Na Way en 2006 pour déloger le chef rebelle Salif Sadio de sa base de Baraka Mandioka. Aujourd’hui, Macky Sall pourrait s’inscrire dans le même sillage pour marquer des points et contraindre les dernières troupes irrédentistes à déposer les armes", explique Barka Bâ.
Yahya Jammeh au bord de la Wele à Mongomo - Sputnik Afrique, 1920, 20.10.2021
Gambie: l’étrange jeu d’alliance entre l’ex-Président Jammeh et son successeur Barrow
La surveillance militaire des positions rebelles est régulière, grâce aux drones de reconnaissance, en particulier. "Mais la nature extrêmement difficile du terrain suite à la très forte végétation issue d’un hivernage pluvieux rend les opérations compliquées", indique à Sputnik une source politique anonyme.
Contactée par Sputnik, une source sécuritaire n’a pas souhaité confirmer l’imminence d’une attaque militaire en Casamance ou en territoire bissau-guinéen.
"Ce sont les circonstances qui en détermineront l’opportunité. Quand il faudra en passer par là, l’armée ne le dira pas, elle le fera après en avoir validé l’opportunité. Ce sera une décision du commandement", avance cette source qui a requis l’anonymat.
drapeaux français et malien - Sputnik Afrique, 1920, 18.10.2021
Crise sécuritaire au Mali: la France embrigade-t-elle ses alliés sahéliens contre Bamako?
Selon la Direction de l’information et des relations publiques des armées (DIRPA), la visite de travail du général Cheikh Wade a porté sur la coopération militaire entre Dakar et Bissau. Celle-ci, conflictuelle et guerrière dans un passé récent, tend à être durablement normale et même chaleureuse depuis la certification en janvier 2020 de la victoire de l’ex-général Embalo à l’élection présidentielle de décembre 2019 contestée par son principal opposant, Domingos Simoes Pereira.
"Pour le moment, il n’y a pas vraiment d’obstacles majeurs à cette coopération militaire entre les deux États, même si l’armée bissau-guinéenne, issue d’une guerre de libération nationale contre le colonialisme portugais, a conservé une forte tradition nationaliste et souverainiste qu’il n’est pas facile de subordonner à une puissance extérieure", souligne Barka Bâ.
Longue d’environ 350 km, la frontière entre le Sénégal et la Guinée-Bissau est considérée comme une zone de repli pour certaines factions rebelles qui n’ont pas encore abandonné l’idée d’indépendance pour la Casamance. À cet égard, les autorités militaires sénégalaises semblent déterminées à "nettoyer le front sud" qui abrite Kassolol, une forte base rebelle proche de la frontière bissau-guinéenne dirigée par César Atoute Badiate et dont certaines positions avaient été bombardées en mai dernier.
C’est en 1982 que le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC) a entamé ses premières opérations contre l’armée sénégalaise dans cette région riche et pluvieuse. Mais depuis le décès en 2007 de l’abbé Augustin Diamacoune Senghor, son chef historique et spirituel, il a explosé en factions ennemies dont l’une des armes de guerre est la pose de mines terrestres, comme celle qui a coûté la vie aux six jeunes hommes ce 22 octobre.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала