Talibans au pouvoir en Afghanistan

"Présence minimale": l’UE envisagerait de rouvrir sa mission diplomatique en Afghanistan

© AFP 2022 JAVED TANVEERTalibans Kaboul
Talibans Kaboul - Sputnik Afrique, 1920, 25.10.2021
S'abonnerTelegram
Plus de deux mois après la prise du pouvoir à Kaboul par les talibans*, Bruxelles prépare la réouverture de sa mission diplomatique afin de couvrir les besoins humanitaires afghans, écrit le Financial Times. Une telle décision ne signifierait pas la reconnaissance du régime taliban*, assure la Commission européenne.
D’ici un mois, la mission diplomatique de l’Union européenne pourrait rouvrir à Kaboul, rapporte le Financial Times le 24 octobre.
Selon ce dernier, pour Bruxelles, il s’agit d’une "approche calibrée", qui sous-entend la poursuite des engagements avec l'administration talibane* mais ne signifie pas sa reconnaissance officielle. Ainsi l’UE espère faire pression pour la protection des droits de l’Homme, tenir les talibans* à leur engagement d'empêcher leur pays de redevenir un foyer à terrorisme. C’est également un moyen de répondre aux efforts d’autres pays, à savoir le Pakistan, la Chine, la Turquie et la Russie, qui n’ont pas fermé leurs missions diplomatiques et travaillent sous le nouveau régime.
La mission diplomatique de l’UE, située à Kaboul, pourrait également être utilisée par les diplomates des pays membres, indique le quotidien qui se réfère aux sources proches du dossier. En septembre, Bruxelles a envoyé une mission pour évaluer la faisabilité de son projet.

"Nous travaillons pour établir une présence minimale sur le sol [afghan]. Pour des raisons sécuritaires, nous ne pouvons pas rentrer dans les détails", a indiqué la porte-parole de la Commission européenne Nabila Massrali ce 25 octobre lors d’un point de presse à Bruxelles, au lendemain de la publication du Financial Times.

Les enjeux

Sans une présence sur le terrain, l’UE ne dispose pas de l'accès nécessaire pour mettre en œuvre son programme d'aide. Lors d'un sommet virtuel du G20 mi-octobre, Bruxelles a promis un milliard d'euros pour les besoins humanitaires urgents de l’Afghanistan, à savoir les vaccinations, l'hébergement, la protection des civils et des droits humains.
La rouverture de la mission fermée il y a 12 semaines ne signifie pourtant pas la reconnaissance du régime des talibans*:

"Cela n’est pas un signe de reconnaissance. Nous voulons mieux assister les Afghans qui ont besoin d’aide en étant plus proches d’eux".

Une approche similaire est d’ailleurs prônée par les États-Unis qui sont pour un "dialogue pragmatique" et la Russie qui commente avec prudence l’idée de reconnaître le gouvernement formé par le mouvement islamique.

"Inévitablement, nous devons nous engager avec les talibans* pour faciliter le passage en toute sécurité des citoyens européens et des Afghans à risque", a souligné la porte-parole.

La réaction des talibans*

Le gouvernement taliban* n’a pas tardé à garantir la sécurité de la mission européenne.
Son retour serait "une étape positive et importante que nous saluons", a déclaré,d’après l’AFP, le porte-parole du ministère afghan des Affaires étrangères, Abdul Qahar Balkhi, ajoutant que "comme pour les autres ambassades" sa sécurité serait "aussi garantie".
* Organisation terroriste interdite en Russie.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала