"Collabo", "Honte au Pass nazitaire": des tags haineux sur la permanence d’une députée LREM

© Photo Pixabay / jlxpUne bombe de peinture
Une bombe de peinture - Sputnik Afrique, 1920, 25.10.2021
S'abonnerTelegram
Alors que le mouvement anti-pass sanitaire perd toujours des sympathisants face aux progrès de la couverture vaccinale, de nouveaux tags ont été découverts sur les permanences de députés LREM. Après deux élus du Rhône, c’est celle du Tarn qui a été choisie pour cible le 23 octobre.
Des tags anti-pass sanitaire ont été découverts samedi 23 octobre sur la vitre de la permanence de la députée La République en Marche de la 1ere circonscription du Tarn, Muriel Roques-Etienne.
"Collabo", "Nazie", "Honte au Pass nazitaire", indiquaient ces inscriptions qui selon l’élue sont liées à son vote en faveur du pass.
Muriel Roques-Etienne, qui avait déjà reçu des menaces de mort, a dénoncé sur Twitter des "dégradations honteuses" sans pour autant renoncer à sa détermination politique.

"Menaces de mort, agressivités, dégradations, tout ça ne m’arrêtera pas et me motive encore plus à poursuivre mon mandat. C'est le quotidien de nombreux parlementaires que de vivre avec ces menaces, ce qui n'entamera en rien notre travail d'élu", ajoute-t-elle.

Elle déposera plainte ce lundi pour la dégradation de sa permanence, indique 20 Minutes.
De nombreux messages de soutien ont été envoyés à la députée sur les réseaux sociaux. Il s’agit notamment du Comité En Marche du département qui a appelé à s’unir "contre la haine et le populisme".
Le député européen Christophe Grudler a accordé "tout [son] soutien devant ces actes ignobles et imbéciles".
Ce n’est pas pourtant le premier député LREM étant la cible de tags anti-pass sanitaire sur sa permanence. Le 22 septembre, les deux élus du Rhône Thomas Rudigoz et Yves Blein ont retrouvé des tags identiques, réalisés à l'aide de pochoirs.

Le mouvement anti-pass sanitaire s’essouffle

Le mouvement des opposants au pass sanitaire a perdu de l’ampleur avec le temps. Depuis le pic de participants du 7 août (237.000), leur nombre a fortement diminué jusqu’à environ 40.090 samedi 23 octobre, selon le ministère de l'Intérieur. Un chiffre stable par rapport au samedi précédent où 40.610 manifestants défilaient dans les rues.
Le ministère a enregistré le 23 octobre 171 actions, et environ 5.000 manifestants à Paris rassemblés dans quatre cortèges différents. Dans d’autres villes, le nombre de protestataires est encore moins important.
L’attitude des Français envers le pass sanitaire changeait à mesure qu’ils étaient de plus en plus nombreux à se faire vacciner. Au 24 octobre, plus de 51 millions de personnes ont reçu au moins une injection (soit 75,7% de la population totale) et plus de 49,8 millions ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 73,9% de la population totale), selon le ministère des Solidarités et de la Santé.
D’après un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro publié le 21 octobre, 62% des personnes interrogées considèrent actuellement le pass sanitaire comme une "bonne mesure" alors qu’ils étaient à 57% à s’y montrer opposés en février.
En outre, six Français interrogés sur 10 assurent approuver sa nouvelle prolongation "si la situation sanitaire le nécessite". Le pass sanitaire et les progrès de la couverture vaccinale ont également permis à près d'un sur deux (47%) de "tirer un bilan globalement positif de l'action d'Emmanuel Macron face à la crise sanitaire". "Ils étaient près des deux tiers (64%) à en tirer un bilan négatif en mai dernier."
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала