Voulant mettre fin à un rodéo urbain, un maire du Calvados est agressé

Moto - Sputnik Afrique, 1920, 24.10.2021
S'abonnerTelegram
Des individus ont frappé le 23 octobre le maire de Le Faulq qui voulait faire cesser un rodéo urbain. Ceux-ci se sont intensifiés en France depuis début 2021.
Le maire de Le Faulq (Calvados), Bruno Lethuillier, a été agressé le 23 octobre par des voyous après être intervenu pour mettre un terme à un rodéo urbain, rapporte Ouest-France.
Aux alentours de 15h une alerte est parvenue jusqu’au maire de cette commune augeronne située au nord-est de Lisieux. "C’était dangereux. Je suis allé les voir pour leur demander d’arrêter", explique-t-il.
En rentrant chez lui, il a rencontré un autre groupe comptant "entre 30 et 40 personnes". "Je suis descendu de ma voiture. Je voulais aller parler à l’un d’entre eux. Mais j’ai reçu un coup. Avec une batte, il me semble."
Blessé, l’élu n’a pas été conduit à l’hôpital. Il a déposé plainte. La gendarmerie est chargée d’une enquête.

L'insécurité gagne du terrain

Les rodéos sauvages persistent un peu partout en France, tournant même parfois au drame. Une femme de 81 ans est ainsi décédée le 14 octobre, percutée à Clermont-Ferrand, indique BFM TV.
Le 26 août, un jeune de 25 ans pilotant une moto a mortellement heurté une femme de 75 ans à l'ouest de Toulouse, relate l’AFP.
D’après un bilan porté le 27 juillet à la connaissance du Figaro, plus de 700 interpellations ont été effectuées par les forces de l'ordre et plus de 1.000 engins saisis depuis début 2021.
En 2020, 871 rodéos urbains ont été recensés par les gendarmes, soit une hausse de 48% par rapport à 2019, et les interventions de la police ont augmenté de plus de 31% sur la même période, indique le rapport du 8 septembre des députés Robin Reda (LR) et Natalia Pouzyreff (LREM), co-rapporteurs de la mission parlementaire dédiée au phénomène.

Le moyen le plus dissuasif évoqué

Bien qu’une peine maximale d'un an de prison et 15.000 euros d'amende soient prévus par la loi depuis le 3 août 2018, Natalia Pouzyreff souligne la confiscation comme étant le moyen le plus dissuasif de les stopper.
Mais "on se heurte au droit de propriété et lorsque le conducteur n'est pas le propriétaire, il y a parfois des difficultés à saisir le véhicule", explique l’élue citée l'AFP.
Afin de contribuer à la lutte contre les rodéos, le rapport met en avance l'expérimentation des "caméras aéroportées", c'est-à-dire des drones, comme "alternative efficace à la poursuite des délinquants".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала