Une patrouille conjointe de navires russes et chinois pour la première fois dans le Pacifique

CC BY-SA 2.0 / Jonathan Miske / Pacific Ocean SunriseOcéan Pacifique
Océan Pacifique - Sputnik Afrique, 1920, 23.10.2021
S'abonnerTelegram
Après avoir mené des exercices en mer du Japon, des navires de guerre des armées russe et chinoise ont pour la première fois effectué une patrouille navale conjointe dans l'océan Pacifique. Ces activités font suite à la signature du nouvel accord de partenariat entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie, connu sous le nom d’AUKUS.
Des navires de guerre des marines russe et chinoise ont effectué pour la première fois une patrouille conjointe dans le Pacifique, rapporte le ministère russe de la Défense dans un communiqué.
La patrouille a duré du 17 au 23 octobre. Le groupe russo-chinois a traversé le détroit de Tsugaru, entre les îles japonaises de Honshu et Hokkaido. Les marins ont pratiqué des manœuvres tactiques conjointes, effectué plusieurs entraînements et parcouru au total plus de 1.700 milles marins.

"La patrouille avait pour objectif de démontrer les drapeaux russe et chinois, de maintenir la paix et la stabilité dans la région Asie-Pacifique, ainsi que de protéger des sites d'activité économique maritime des deux pays", ajoute le ministère.

Au total, le détachement a compris dix navires. La Russie a été représentée par un navire de surveillance radioélectronique, des navires anti-sous-marins et des corvettes lance-missiles. Sous drapeau chinois ont patrouillé des destroyers, des corvettes, ainsi qu’un navire de ravitaillement intégré.
Cette patrouille fait suite à l'exercice naval conjoint russo-chinois Interaction maritime 2021 qui s’est tenu en mer du Japon du 14 au 17 octobre au programme duquel ont figuré des exercices de lutte anti-mines, de lutte anti-sous-marine et de défense aérienne.

Les activités des États-Unis près des frontières chinoises

Les États-Unis ont considérablement accru ces dernières années leur présence militaire dans la région du Pacifique. Des navires de guerre américains s’introduisent régulièrement dans les eaux territoriales chinoises près des îles Paracels et Spratleys, au sujet desquelles la Chine est en conflit avec plusieurs pays de la région depuis des décennies.
En outre, les États-Unis renforcent les liens avec leurs alliés comme le Japon et l'Australie. Il suffit de rappeler l’accord AUKUS qui vise à mettre en commun des technologies de défense avancées pour "défendre les intérêts indopacifiques partagés" de l’Alliance des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Australie.
Pékin a estimé qu’un tel accord "sape gravement la paix et la stabilité régionales, intensifie la course aux armements et compromet les efforts internationaux de non-prolifération nucléaire".
Cependant, en ce qui concerne la Chine et la Russie, leur coopération étroite ne vise aucun pays, comme l’a souligné le 21 octobre Vladimir Poutine lors d’une intervention au forum international de Valdaï.

"Premièrement, nous sommes amis avec la Chine, pas contre quelqu'un, mais dans un intérêt mutuel. Deuxièmement, contrairement aux pays de l'Otan, nous ne créons pas de bloc militaire fermé, il n'y a pas de bloc militaire Russie-Chine et il n'y a pas d’objectif de le créer maintenant", a-t-il noté.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала