Armés de tasers et couteaux, des mineurs viennent régler des comptes dans un lycée d’Angers

© Photo Pixabay / karosiebenUne agression. Image d'illustration
Une agression. Image d'illustration - Sputnik Afrique, 1920, 22.10.2021
S'abonnerTelegram
Suite à une soirée entre adolescents s’étant mal terminée, une vingtaine de lycéens ont décidé d’entreprendre une virée armée contre des élèves d’un autre lycée, à Angers.
Deux lycéens ont été placés en garde à vue à Angers suite à un règlement de comptes entre des élèves de deux lycées différents, rapporte Ouest-France. Deux autres adolescents ont été interpellés mais remis en liberté dans la journée.
Le 20 octobre, une vingtaine de jeunes du lycée David-d’Angers ont décidé de faire "un coup de pression" à des élèves d’un autre lycée de la ville, celui de Mongazon, un établissement privé. Ils sont descendus, munis de matraques télescopiques, de tasers et de couteaux, dont "un couteau de boucher", selon plusieurs témoins.
La police est intervenue, le personnel du lycée a mis en sécurité les élèves et une partie d’agresseurs a fui.

Un "œuf cassé sur la tête"

À l’origine de cette virée: une soirée du week-end dernier au cours de laquelle une adolescente a fini un jeu avec un œuf cassé sur la tête. Elle a raconté son expérience à son frère, rapporte Ouest-France. Ce dernier, élève du lycée David-d’Angers, a décidé de réaliser une expédition punitive au lycée privé Mongazon, où est scolarisé l’auteur de "l’incident".
L’instigateur de l’expédition se trouve d’ailleurs parmi les deux individus placés en garde à vue.

Un autre règlement de comptes

La semaine dernière, la police avait déjà dû intervenir au lycée Guist’hau de Nantes, après qu’un groupe d’élèves avaient reçu des menaces de mort suite à une vidéo sur laquelle ils avaient mimé la prière musulmane, prononçant des mots en arabe et plaisantant.
Suite à une vague de menaces sur Internet à l’encontre des figurants de la vidéo, le 12 octobre, une dizaine d’individus se sont postés devant leur lycée. Le même jour, des élèves et le proviseur ont déposé plainte. La police a pris l’affaire au sérieux et a commencé à patrouiller les abords du lycée.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала