Les problèmes internationaux deviennent "explosifs", selon Poutine

© Sputnik . Maksim Blinov  / Accéder à la base multimédiaPrésident russe Vladimir Poutine
Président russe Vladimir Poutine - Sputnik Afrique, 1920, 21.10.2021
S'abonnerTelegram
Les problèmes à l’échelle internationale s’accumulent et deviennent dangereux, a estimé Vladimir Poutine. Dans le même temps, la guerre au sens d’antan signifiait une victoire de l’un et une défaite de l’autre, mais à présent les conflits changent de forme.
L’humanité a l'opportunité de mettre en place un système des relations internationales sans effusion de sang, mais les problèmes qui s’accumulent présentent des risques, a déclaré le Président russe lors d'une réunion dans le cadre du club de discussion Valdaï.
"L’histoire politique n’a sans doute pas d’exemples où un ordre mondial pacifique s’établissait sans qu’une grande guerre ne le précède et non sur la base de ses résultats, comme cela a été le cas après la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, nous avons l'opportunité de créer un très bon précédent", a estimé Vladimir Poutine.
"La tentative d’établir cet ordre après la guerre Froide à base de dominance de l’Occident a échoué, comme on le voit. L’actuel état de choses c’est juste le fruit de cet échec et nous devons en tirer des leçons. Les problèmes mondiaux s’accumulent et deviennent de plus en plus explosifs. La Russie est prête à un travail conjoint sur une solution."
La pandémie de Covid-19, qui a causé plus de pertes que la Première Guerre mondiale, a démontré la fragilité de la communauté internationale, a-t-il fait remarquer.

Un "système plus diversifié"

Cependant, la domination de l’Occident cède peu à peu sa place à un système plus diversifié, a poursuivi M.Poutine avant d’évoquer les caractéristiques d’une guerre au sens contemporain.
"L’équilibre des forces qui a changé impose de répartir les rôles en faveur des pays en croissance et en développement qui se sentaient jusqu’ici déshérités. Parlant en termes directs, la domination de l’Occident dans les affaires mondiales, qui a commencé il y a plusieurs siècles et est devenue presqu’absolue durant une courte période à la fin du 20ème siècle, est pas à pas remplacée par un système beaucoup plus diversifié."

"Auparavant, une guerre perdue par un pays signifiait une victoire de l’un sur l'autre –et c’était lui qui assumait la responsabilité pour ce qui survenait. […] Aujourd'hui, tout est différent. Peu importe qui gagne, la guerre ne finit pas, elle ne fait que changer de forme. Un vainqueur hypothétique ne veut pas d’habitude s’occuper d’assurer l’ordre pacifique, mais ne fait qu’aggraver le chaos et amplifier le vide dangereux pour le monde", a ajouté M.Poutine.

Quant aux interventions militaires menées par les États-Unis en l’espace des 20 dernières années, elles ont plutôt détérioré la situation dans les pays concernés:
"Les États-Unis ont été obligés de mettre fin à ces opérations, sans avoir atteint aucun des objectifs qu’ils s’étaient fixés il y a 20 ans. Ils ont dû quitter ces pays en s’infligeant et infligeant à ces derniers des dommages importants", a constaté le dirigeant russe.
Par conséquent, Joe Biden "a bien fait en retirant ses troupes d’Afghanistan", a-t-il souligné.

La "poignée de pays" dont dépend le monde

Le Président s’est également exprimé sur un modèle où "une poignée de pays" dirige le monde, évoqué par Recep Tayyip Erdogan.
"Il faut réfléchir comment rendre cette organisation [l’Onu] plus équilibrée. Par ailleurs, c’est vrai, le Président Erdogan a raison: l’Onu est née après la Seconde Guerre mondiale où il y avait un certain équilibre des forces qui est en train de changer. Il a, en fait, déjà changé", a-t-il résumé.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала