Éric Zemmour affirme que les hôpitaux sont assiégés par les immigrés, les médecins lui répondent

© AFP 2022 JEFF PACHOUDSoignants dans un hôpital français
Soignants dans un hôpital français - Sputnik Afrique, 1920, 19.10.2021
S'abonnerTelegram
Dans sa logique d’immigration zéro, Éric Zemmour a demandé la suppression des aides médicales aux immigrés en situation irrégulière. Mais si d’après lui les hôpitaux sont submergés par ceux-ci, les médecins le contredisent.
La nouvelle sortie du polémiste Éric Zemmour concernant le moyen de faire baisser la tension sur le système hospitalier a visiblement amusé certains soignants alors que d’autres ont fait preuve de leur indignation.
En marge d’un rassemblement à Béziers le 16 octobre, l’ex-chroniqueur a attaqué l’AME (Aide Médicale de l’État), dispositif destiné aux étrangers sans papiers.
"L'hôpital est assiégé par une population venue du monde entier. Nous devons supprimer l'AME", a-t-il twitté le 16 octobre.
Destinée aux étrangers en situation irrégulière, l’AME est octroyée sous certaines conditions. Le bénéficiaire ne doit pas disposer d'un titre de séjour, ne doit pas l'avoir demandé, mais doit résider en France depuis au moins trois mois. De plus, son revenu ne doit pas dépasser 753 euros par mois.

Les médecins réagissent

Depuis le week-end plusieurs soignants ont fait part de leur étonnement.
"Moins de 1% des patients consultant aux urgences de Nantes relève de l'AME", constate sur Twitter un médecin nantais.
"Salut Éric, demain, à 00h, j'en serai à 64h de travail en une semaine en tant que senior aux urgences pédiatriques. Des urgences qui débordent, des urgences qui ont parfois l'air assiégées […]. Mais, ah...tu sais quoi Éric? Y'a personne de bénéficiaire de l'AME qui assiège mon hôpital, ou bien c'est le siège le plus light de l'histoire des sièges", ironise sur Facebook un membre de la communauté To be or not Toubib.
"Utiliser les migrants comme bouc émissaire, ce n’est pas ça qui va améliorer l’accès aux soins des Français précaires. La lâcheté c’est toujours s’attaquer aux plus faibles", s’indigne Jean-François Corty, actuellement responsable d'un centre vaccinal anti-Covid parisien.
Pour Mathias Wargon, chef des urgences à Saint-Denis, cette phrase représente "une attaque à peine déguisée contre l’hôpital public dans les zones les plus pauvres".
En 2021 le budget alloué à l’AME devrait s’élever à environ un milliard d’euros, d’après l’AFP. Ce chiffre représente pourtant uniquement 0,5% des 200 milliards de dépenses annuelles de l’Assurance-maladie.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала