Balkans occidentaux: des différends internes bloquent l’élargissement à l’UE

CC0 / Jai79 / Union européenne
Union européenne  - Sputnik Afrique, 1920, 19.10.2021
S'abonnerTelegram
Les six États des Balkans occidentaux ont mis un bémol à leur désire ardent de rejoindre l’Union Européenne suite à l’apparition de différends internes ayant renvoyé aux calendes grecques leur adhésion à l’UE.
L’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Macédoine, la Serbie-Monténégro et le Kosovo, qui frappaient aux portes de Bruxelles ont vite déchanté suite aux résultats mitigés du dernier sommet (6 octobre) UE-Balkans à Brdo près de Ljubljana (capitale de la Slovénie). Le différend historique entre la Bulgarie et la Macédoine du Nord a de nouveau surgi avant l’ouverture du dossier de l’élargissement des Balkans occidentaux à l’UE. Sofia a émis son véto sur l’élargissement de l'Union à la Macédoine du Nord, qu’elle accuse de "persécuter" les droits des minorités bulgares sur son sol.
Sofia met en avant un différend historique avec son petit voisin pour justifier son veto au démarrage des négociations d’adhésion à l’Union européenne et ravive aussi des litiges autour de questions linguistiques, historiques et identitaires qui empoisonnent la vie de la Macédoine du Nord depuis son indépendance en 1991.
Le gouvernement bulgare a durci le ton dernièrement, reprochant à Skopje de rechigner à résoudre les différends historiques et de présenter la Bulgarie (7 millions d’habitants) comme un ennemi dans les médias et les livres d’histoire. Autre différend interne entravant l’élargissement des Balkans à l’UE : la querelle ente la Serbie et le Kosovo marquée par un chapitre douloureux lors de la guerre en ex-Yougoslavie. Pristina reproche à Belgrade les massacres des kosovars au début des années 90 et réaffirme son indépendance totale de la Serbie que cette dernière ne reconnait pas.
En dépit de multiples médiations de l’UE pour ramener la paix entre les deux parties et la promesse de Bruxelles d’accélérer le processus de leur intégration au sein de l’Union Européenne, serbes et kosovars campent sur leurs positions respectives, retardant ainsi l’ouverture des négociations avec les 27 en prélude à l’adhésion à l’UE. En réaction à ce différend, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, a assuré que les deux parties ont un avenir dans le projet commun.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала