Six grandes banques françaises s'engagent pour le climat

© Photo Pixabay / seagulÉnergies renouvelables
Énergies renouvelables - Sputnik Afrique, 1920, 18.10.2021
S'abonnerTelegram
Les six plus grandes banques françaises se sont engagées, lundi, à financer davantage les énergies renouvelables.
Dans un communiqué publié à deux semaines de l'ouverture de la COP26 à Glasgow, les banques BNP Paribas, Crédit Agricole, Banque postale, Société générale et Crédit mutuel ont annoncé s'être mises d'accord pour ne plus financer certains projets dédiés aux hydrocarbures non conventionnels, comme le gaz de schiste, à partir de 2022.
Les entreprises "dont la part d'hydrocarbures non conventionnels dans l'exploration et la production (pétrole de schiste, gaz de schiste et sables bitumineux) serait supérieure à 30% de leur activité" ne seront plus financées, ont précisé les établissements, membres de la Fédération bancaire française (FBF).
Les banques françaises ont également rappelé leur promesse de sortie programmée du charbon faite en 2019.
À fin 2020, le financement des entreprises impliquées dans le charbon ne représentait "plus que" 2,1 milliards d'euros, soit 0,16% du portefeuille de crédit aux entreprises. En parallèle, le financement des énergies renouvelables a atteint 44,3 milliards d'euros en 2020, soit une augmentation de 68% en quatre ans, s'est félicitée la Fédération bancaire française.
"C'est une avancée majeure, une première mondiale, qui traduit une fois de plus la détermination des banques françaises d'être leaders d'une transition globale, durable et responsable", s’est réjoui Laurent Mignon, président du directoire du groupe BPCE et président de la commission climat de la Fédération bancaire française (FBF), cité dans le communiqué.
Réagissant à ces annonces, des ONG environnementales ont dénoncé des annonces "cosmétiques", alors que l’urgence climatique impose de mettre un terme à toute l’expansion pétrolière et gazière.
Selon Lucie Pinson, directrice de l'ONG Reclaim Finance, les annonces de ce lundi ne sont que "du réchauffé enrobé d'un plus grand flou".

"À une semaine du Climate Finance Day, les grandes banques françaises essayent de sauver la face en laissant entendre qu’elles n’arriveront pas les mains totalement vides au rendez-vous. Mais la tentative est vaine. Ces annonces recyclées et datées ne sont absolument pas une réponse crédible à l’appel de 2020 de Bruno Le Maire [le ministre de l’Économie et des Finances, ndlr] à sortir des pétrole et gaz non-conventionnels", a dénoncé, de son côté, Lorette Philippot, responsable à l’ONG les Amis de la Terre.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала