La mission américaine auprès de l’OSCE se mélange les pinceaux avec le drapeau ukrainien

© Sputnik . Service de presse du Président de l'Ukraine / Accéder à la base multimédiadrapeau ukrainien
drapeau ukrainien - Sputnik Afrique, 1920, 17.10.2021
S'abonnerTelegram
La mission américaine auprès de l’OSCE a affirmé sur Twitter que la Crimée appartenait à l’Ukraine. Mais l’organisme a mélangé les couleurs du drapeau ukrainien.
Déjà mis à mal par des manifestations dans l'est ukrainien, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) voit désormais sa délégation américaine cafouiller sur la Crimée.
Pour accompagner un rapport dénonçant l’"occupation illégale" de la péninsule par la Russie, l’organisme a en effet voulu s’essayer à un montage photographique. Sur Twitter, il a publié une photo de la péninsule repeinte aux couleurs de l’Ukraine. Problème: la mission américaine a mélangé les couleurs, mettant sens dessus dessous le pauvre drapeau bleu et jaune.
Un méli-mélo que n’ont pas manqué de faire remarquer certains internautes.
Certains y ont vu le reflet des errances américaines en matière de politique internationale.
L’erreur n’a pour l’heure pas été corrigée.
Une mission contestée
La mission de l’OSCE a récemment été mise à mal dans l’est de l’Ukraine, après l'enlèvement par Kiev d’un agent de maintien de la paix des insurgés. La République populaire autoproclamée de Lougansk a blâmé l’inaction de l’OSCE dans cette affaire. D’importantes manifestations ont eu lieu devant le siège de l’organisation à Donetsk, pour réclamer la libération de cette personne.
L’OSCE a d’ailleurs été contrainte de suspendre sa mission dans l’est ukrainien suite à ces rassemblements.
La Crimée avait déjà été l’objet de tensions diplomatiques en septembre, lors des élections législatives russes. La délégation française de l’OSCE avait notamment fustigé les pressions du Parlement européen sur les observateurs internationaux. Bruxelles avait en effet demandé des sanctions contre les observateurs voulant examiner le scrutin, jugé "illégal". Michel Voisin, chef de la délégation française de l’OSCE, avait d’ailleurs critiqué des pressions "inacceptables" devant le Parlement européen.
Ce 16 octobre, l’ambassade américaine à Kiev avait également dénoncé la tenue d’un recensement de population en Crimée, y voyant une "tentative de porter atteinte à l'indépendance et à la souveraineté" de l’Ukraine. Bruxelles avait également protesté. La Crimée avait répondu par la voix du vice-président du Conseil d’État, Efim Fiks, critiquant une "ingérence dans les affaires intérieures russes".
La Crimée a rejoint la Russie en 2014, à l’issue d’un référendum. L’Ukraine, les États-Unis et l’Union européenne ont refusé de reconnaître les résultats du vote, qualifiant la réunification de la péninsule avec la Russie continentale d'annexion. Moscou soutient pour sa part que la procédure d'adhésion était conforme au droit international.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала