Tunisie: la guerre des Présidents

CC BY 2.0 / BOMBMAN / TunisTunis (archive photo)
Tunis (archive photo) - Sputnik Afrique, 1920, 16.10.2021
S'abonnerTelegram
Le Président Kaïs Saïed accuse son prédécesseur Moncef Marzouki de trahison et de complot. Celui-ci avait déclaré avoir œuvré contre la tenue du sommet de la Francophonie que devait accueillir la Tunisie.
Le torchon brûle entre le Président Kaïs Saïed et son prédécesseur Moncef Marzouki, locataire du Palais de Carthage de décembre 2011 à décembre 2014.
La querelle a pris forme, mardi 12 octobre, dans le sillage de l’annonce du report de la tenue du 18e sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) prévu au mois de novembre sur l’île de Djerba.
Dans la soirée de mardi, sur le plateau de France 24, à la question de savoir s’il faisait partie des parties accusées par le Président tunisien d’avoir manœuvré dans l'objectif de faire annuler ce sommet, Marzouki a eu la réponse suivante:

"Non seulement je le reconnais mais en plus j'en suis fier. J'aurais souhaité que ce sommet ait eu lieu en Tunisie, mais dans une Tunisie démocratique. Car voir 30 Présidents d'État démocratiques venir dans un pays qui vit un putsch, c'est apporter un soutien à cette dictature, et je refuse cela. J'espère que durant cette année la Tunisie renouera avec le processus démocratique et je serai heureux, à ce moment-là, que le sommet se déroule en Tunisie".

Drapeaux des membres de la francophonie - Sputnik Afrique, 1920, 14.10.2021
Report du sommet de l'OIF: pourquoi c'est tout de même "un succès pour la diplomatie tunisienne"

Complot

Les propos de Moncef Marzouki ont provoqué de vives réactions en Tunisie, surtout car ils interviennent quelques jours seulement après un discours controversé, dans une manifestation à Paris, qui a été interprété comme un appel au gouvernement français à s'ingérer dans les affaires internes tunisiennes.
L'ancien Président a multiplié les sorties ces dernières semaines pour dénoncer "le coup d’État du 25 juillet", en allusion à la prise des pleins pouvoirs par le Président tunisien. La réaction du palais de Carthage intervient jeudi 14 octobre à l’occasion de la tenue du premier conseil des ministre du nouveau gouvernement dirigé par Najla Bouden. Dans son discours d’ouverture, diffusé en direct sur Facebook, le Président Kaïs Saïed donne instruction au ministre de la Justice d’ouvrir une "enquête judiciaire pour complot" contre son prédécesseur Moncef Marzouki.

"Celui qui complote contre la Tunisie à l’étranger doit être accusé de complot contre la sûreté de l’État à l’intérieur comme à l’extérieur. La Tunisie est un État libre et indépendant, il est hors de question de s’ingérer dans ses affaires", a-t-il souligné.

Comme première mesure coercitive, le chef de l’État a ordonné que soit retiré à Moncef Marzouki son passeport diplomatique. Sur les réseaux sociaux, de nombreux Tunisiens saluent cette position.
Une partie de la classe politique applaudit également cette décision. Mais des voix, principalement parmi les opposants au Président Saïed, s’élèvent pour dénoncer les accusations à l’encontre de Moncef Marzouki. À l’instar de Ridha Belhadj, dirigeant du parti Al Amal (l’espoir) et ancien chef de cabinet du Président Béji Caïd Essebsi. Contacté par Sputnik, il affirme qu’il est "absurde et mesquin de d’accuser Marzouki de trahison et de complot".

"Le Président Marzouki est un démocrate, durant son mandat il a prouvé qu’il respectait les droits de l’Homme et la démocratie. Son passage à la tête de l’État a été plus ou moins positif. Il n’a fait que donner son avis à propos de la solidarité des démocrates sur les risques de dérives autoritaires en Tunisie. Il est dans son plein droit. L’accuser de trahison et lui retirer son passeport diplomatique est un acte négatif et dénote de l’installation d’une nouvelle mentalité politique dans le pays", note Ridha Belhadj.


Le responsable du parti Al Amal estime que Moncef Marzouki a raison de s’opposer au Président Kaïs Saïed. "Nous vivons une situation de fait hors constitution. Nous sommes face à un Président qui rassemble tous les pouvoirs, il n’y a pas de Parlement, tous les acquis accumulés depuis 10 ans se sont évaporés. Donc effectivement, Marzouki a raison de dire que le gouvernement n’est pas légitime, sa réaction est donc conséquente", ajoute-t-il.
Drapeau français - Sputnik Afrique, 1920, 30.09.2021
Restriction des visas contre les pays du Maghreb: "une mesure électoraliste franco-française"


"Courte échelle"

Moncef Marzouki a réagi rapidement aux décisions de son accusateur. Dans un communiquépublié sur sa page Facebook, il a affirmé qu’il ne reconnaissait pas la légitimité du Président Kaïs Saïed. "Je ne reconnais ni Kaïs Saïed en tant que Président légitime de la Tunisie, ni son gouvernement illégitime qui n’a pas obtenu la confiance du Parlement qui a été gelé en violation flagrante de la constitution". Pour l'ancien diplomate tunisien Abdallah Laabidi, Moncef Marzouki "fait le jeu" de "puissances occidentales".

"Ayant été Président, Marzouki peut avoir encore quelques partisans qui peuvent lui parler de choses et d’autres mais au lieu de s’en tenir à son obligation de réserve, (…) il fait la courte échelle aux puissants. Un homme comme lui qui a été chef de l’État, même à titre provisoire, devrait agir pour l’intérêt de son pays. Mais il fait exactement le contraire. La décence commande à ce qu’il se tienne tranquille. On ne doit pas tirer de gloire d’agir contre l’intérêt de son pays", a précisé Abdallah Laabidi au micro de Sputnik.

Selon l'ancien diplomate, le Président Kaïs Saied a tout à fait raison "de déclencher une procédure d’enquête à son encontre". "Marzouki est en train de parasiter la politique mais je ne pense pas qu’il ait l’efficacité qu’il se targue d’avoir. Même s’il a été Président de la République, ses informations ne sont pas actualisées. Il ne sait pas où résident les intérêts de la Tunisie dans tel ou tel dossier".
Par ailleurs, Abdallah Laabidi a tenu à souligner que le report du 18esommet de la Francophonie n’était pas le résultat d’un travail de lobbying de l’ancien Président tunisien. "Les raisons qui ont conduit au report de ce sommet sont techniques, logistiques et sécuritaires", insiste-t-il. Elles seraient essentiellement dues à l'état de préparation de la nouvelle équipe gouvernementale dirigée par Najla Bouden, selon lui.

"Pour avoir un sommet de cette importance, la finalité est d’avoir des débats sur plusieurs dossiers, mais les membres du gouvernement ne connaissent pas encore les sujets, ni-même leurs collaborateurs. Il ne fallait surtout pas mettre les membres des délégations étrangères dans une situation embarrassante avec des interlocuteurs qui ne connaissent pas leurs dossiers", relève Abdallah Laabidi.

Pour l’ancien diplomate, l’argument sécuritaire a également pesé dans la décision de report de ce sommet. "Le Président a récemment évoqué des menaces contre sa personne. Il n’est pas possible d’accueillir des dizaines de chefs d’État et de gouvernement dans un pays où le Président est menacé. Il fallait donc laisser le temps au nouveau ministre de l’Intérieur de s’installer et de désigner de nouveaux collaborateurs puisque ceux qui sont en poste ont été nommés par son prédécesseur" assure Abdallah Laabidi.
Contacté par Sputnik au lendemain du report du sommet, une source tunisienne proche du dossier avait expliqué que cette décision était liée à des manœuvres conduites par certains États membres de l'OIF qui souhaitaient même retirer l'organisation du sommet à la Tunisie. Cette source a présenté le report d'une année comme "un succès de la diplomatie tunisienne".

"Il y avait beaucoup de manœuvres en coulisses pour soutirer carrément l'organisation du sommet à la Tunisie. C'était le fait de certains gouvernements d'États membres qui étaient embarrassés, notamment face à leur propre opposition, par l'absence de visibilité du paysage politique tunisien, d'autant plus que les questions relatives à la gouvernance et à la démocratie sont de plus en plus promues par l'OIF. Des États membres, qui ont l'habitude de faire de ces questions leur cheval de bataille et un instrument de soft power, comme le Canada, estimaient devoir prendre une position ferme", avait déclaré la source de Sputnik.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала