L'application TousAntiCovid et un masque - Sputnik Afrique, 1920, 22.09.2021
Covid-19

Une étude précise combien peut durer le Covid-19 sous forme légère ou asymptomatique

© AFP 2022 FRANCOIS GUILLOTDes cyclistes (image d'illustration)
Des cyclistes (image d'illustration) - Sputnik Afrique, 1920, 15.10.2021
S'abonnerTelegram
Seul un test PCR négatif doit lever la quarantaine de ceux qui ont eu le Covid-19 sans symptôme, estime une équipe de scientifiques allemands qui a découvert que le virus subsiste dans le nasopharynx de certains patients pendant 37 jours.
Des chercheurs allemands, après avoir découvert trois cas de patients atteints de Covid-19 sans symptômes visibles et chez qui le virus a persisté dans le nasopharynx jusqu'à 37 jours, alertent sur la fin automatique au bout de deux semaines de l’isolement pour ce type des patients, selon un article publié dans la revue Allergy.
Les scientifiques ont conclu que la fin de la quarantaine après 14 jours en l'absence de symptômes n'était pas acceptable sans un test PCR négatif qui puisse servir de preuve de l'absence d'infection.
Les médecins savent déjà que les patients souffrant du Covid-19 sous forme sévère peuvent rester infectieux pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Toutefois, cette durée chez les asymptomatiques ou ceux atteints d’une forme légère n’est toujours pas établie. En général, les médecins considèrent qu'une personne ne présente pas de danger pour autrui si au moins 14 jours se sont passés depuis le diagnostic du Covid et si les symptômes ont disparu il y a plus de 48 heures.

Contagieux, bien que guéris?

Les chercheurs de l'Institut fédéral allemand des vaccins et de biomédecine Langen ont décrit trois cas -deux hommes âgés de 27 et 36 ans et une femme de 36 ans- où le coronavirus a continué à être actif dans le nasopharynx jusqu'à 37 jours chez des patients entièrement guéris.
"Ces trois patients ont été malades du Covid-19 sous forme légère et ont complètement récupéré en 10 jours sans plus avoir des symptômes, mais ils sont restés positifs selon le test PCR réalisé d’après des échantillons pharyngés profonds pendant au moins 37 jours. Nous avons tenté d'isoler le virus à partir des échantillons afin de déterminer si ces patients étaient toujours infectieux", précisent les auteurs de l’étude.
Ils ont expliqué par la suite que dans les trois cas, le virus infectieux et capable de se multiplier a été isolé et cultivé en laboratoire. La réplication virale a été détectée et, de plus, la microscopie électronique a confirmé la formation de particules intactes de SARS-CoV-2.
Ainsi, ceux qui avaient souffert du Covid-19 sous forme légère deux semaines plus tôt et qui étaient apparemment en bonne santé après cette période, étaient des porteurs du virus et ont pu encore infecter d’autres personnes.

Une analyse du génome

Par la suite, les chercheurs ont effectué une analyse détaillée de l'ensemble du génome d'échantillons de coronavirus de patients et ont trouvé plus d'une dizaine de mutations, dont une de la protéine Spike que la plupart des vaccins ciblent. Pourtant, ils ajoutent qu'ils n'ont trouvé aucune mutation dans la partie la plus importante de la protéine clé et qu'ils ont trouvé chez ces trois patients des anticorps spécifiques Ig, IgM et IgA envers un domaine appelé RBD, situé sur la protéine Spike, qui permet de se lier aux cellules humaines.
Qui plus est, les chercheurs ont précisé que le nombre d'anticorps IgG et IgA avait été plus bas chez les trois malades, mais que celui des IgM avait été plus élevé, par rapport à ceux ayant souffert d’une forme grave.
En guise de conclusion, les scientifiques ont souligné qu’une petite partie des patients ayant eu une forme légère ou asymptomatique peut préserver une contagiosité à long terme et que la levée de la quarantaine après 14 jours sans la justifier par un test PCR négatif, doit être reconsidérée.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала