L’OMS alerte sur le nombre réel de contaminations au Covid-19 en Afrique

© AFP 2022 PATRICK MEINHARDTDes gens font la queue au Kenya pour s'inscrire pour la vaccination anti-Covid
Des gens font la queue au Kenya pour s'inscrire pour la vaccination anti-Covid - Sputnik Afrique, 1920, 15.10.2021
S'abonnerTelegram
À en croire les données officielles, le continent africain est l’un des moins touchés par le virus et l’un des moins vaccinés. Entre-temps, l’OMS avance que le chiffre réel des cas est sept fois plus élevé et déploie une campagne de dépistage supplémentaire et une stratégie de vaccination spécifique, malgré une pénurie de doses.
Tandis que la pandémie du Covid-19 affiche des indicateurs en recul dans certaines parties du monde, son ampleur en Afrique est susceptible d’être largement sous-estimée. Selon l’OMS, seule une infection sur sept est détectée sur ce continent touché par une pénurie de tests de dépistage et de doses de vaccins.
"Au 10 octobre 2021, le nombre de cas de Covid-19 était estimé à 59 millions en Afrique, un chiffre sept fois plus élevé que les plus de huit millions de cas officiellement notifiés" sur le continent, indique l’institution dans un communiqué publié le 14 octobre.
L’OMS s’est servie d’un calculateur mis en place par Resolve to Save Lives, une initiative qui fait partie de Vital Strategies, une organisation sanitaire qui travaille dans plus de 70 pays, pour aboutir à cette conclusion.
À ce jour, la détection du Covid-19 en Afrique est principalement axée sur le dépistage de l’infection chez les personnes qui se présentent eux-mêmes dans les établissements de santé avec des symptômes et les voyageurs qui viennent de l’étranger ou qui partent, précise l’OMS.
C’est la raison pour laquelle une grande proportion des cas asymptomatiques n’a pas été prise en compte, alors que les porteurs "sont à l’origine d’une grande partie de la transmission de la maladie", a déclaré la docteur Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, citée par l’organisation.
La situation sanitaire s’aggrave par manque de tests: "Avec un nombre limité de tests, nous continuons d'ignorer la situation réelle", poursuit l’OMS tout en annonçant un programme visant à augmenter de 40% la capacité de dépistage dans chaque pays participant. Ce sont notamment le Burundi, le Congo, la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mozambique, la République démocratique du Congo, le Sénégal et la Zambie. 1,8 million de dollars leur ont été versés pour mettre en place ce dispositif.
Selon les chiffres officiels, l’Afrique est l’un des continents les moins touchés par la pandémie, ayant recensé près de 8,4 millions de cas de Covid-19, dont 214.000 décès.

Un taux très bas de vaccination

Un autre facteur qui joue sur la persistance de la pandémie sur le continent est le retard de livraison des doses des vaccins anti-Covid prévues dans le cadre du mécanisme COVAX et de la part de l'Union africaine. Selon l’OMS, seuls 30% des 54 pays du continent avaient réussi à vacciner 10% de leur population contre le virus en septembre. Par ailleurs, près de la moitié des pays africains n’ont complètement vacciné que 2 % ou moins de leur population.
L’organisation a pointé fin septembre que le rythme de livraison des vaccins en Afrique doit être multiplié par plus de sept pour atteindre environ 150 millions par mois en moyenne, afin d'atteindre l'objectif mondial de vaccination de 70% de la population dans chaque pays.
Il est toutefois difficile de l’atteindre compte tenu du nombre de doses prévues par Covax pour l’Afrique cette année, soit 470 millions. Mais ces doses ne suffiront à vacciner que 17% de la population, expliquent les Nations unies dans un communiqué, soit bien moins que l’objectif de 40% établi par l’OMS pour lutter contre la pandémie.
"Sur les 7,5 milliards de doses qui ont été mises à la disposition du monde, notre continent n’a reçu que 2% de ces doses", a déploré Michel Sidibé, envoyé de l’Union africaine pour l’Agence africaine du médicament, lors de la 21e édition du forum pharmaceutique international ouvert à Abidjan, le 14 octobre.
Selon lui, seuls 3% de cette population qui compte 1,3 milliard d’habitants ont été vaccinés. Comme 1,2 milliard de personnes "n’ont reçu aucune dose de vaccin, la pandémie ne sera jamais maîtrisée", a-t-il lancé.
La campagne de dépistage annoncée sera par ailleurs épaulée par la mise en place de la "stratégie en anneau" de la vaccination, celle qui a contribué à l’éradication de la variole dans la seconde moitié du XXe siècle, poursuit l’OMS. Elle consiste en la vaccination prioritaire des personnes vivant dans un rayon de 100 mètres autour de l’individu testé positif.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала