Polexit: seuls 5 % des Polonais souhaitent quitter l’Union Européenne

Varsovie - Sputnik Afrique, 1920, 14.10.2021
S'abonnerTelegram
A peine 5 % de Polonais souhaitent quitter l'Union Européenne et une majorité écrasante réaffirme son attachement à l’UE, indiquent les résultats d’un sondage réalisé par Ipsos du 23 au 25 septembre dernier pour le compte du média de gauche OKO.
Seuls 5 % se prononçant en faveur d’un " Polexit ", une part en constante diminution depuis près de 4 ans, la propension à souhaiter quitter l’UE est plus forte chez les personnes établies dans des petites communes.
Le sondage a été réalisé avant la décision de justice du Tribunal constitutionnel polonais qui a affirmé, le 7 octobre dernier, la primauté de la Constitution polonaise par rapport au droit de l’Union européenne. Ce jugement a provoqué un électrochoc en Europe et au sein de l’opposition au gouvernement du PiS (Droit et Justice, ultraconservateur, au pouvoir), amenant des milliers de polonais a manifester le Week-end dernier, dans les principales villes du pays, contre la sortie de la Pologne de l’UE et réaffirmant leur attachement à l’Europe ainsi que leur appréhension d’un Polexit du genre Brexit.
Toutefois, si une majorité de Polonais est contre une sortie de l’UE, il n’en demeure pas moins que la moitié des personnes interrogées sont divisées quant à l’orientation que doit prendre cette Union européenne. La moitié des personnes interrogées (50 %) se disent en faveur d’une coopération plus étroite au sein de l’UE et d’un rôle accru de la Commission européenne, donc d’une Europe tendant vers le fédéralisme. Tandis qu’à l’opposé, plus d’un tiers des sondés (37 %) souhaitent restreindre la coopération européenne aux affaires économiques et une plus grande indépendance des États.
L’opposition polonaise rejette la position du gouvernement qui crée des crises à répétition avec Bruxelles et rappelle que la Commission européenne a enclenché dès 2017, la procédure, dite de l’ article 7, qui permet de sanctionner les atteintes à l’État de droit dans un État membre de l’UE.
Les frictions entre Bruxelles et Varsovie ont commencé avec la nomination par le gouvernement ultraconservateur de magistrats au Tribunal constitutionnel, devenu ainsi inféodés au pouvoir et ayant perdu l’indépendance de la plus haute juridiction de Pologne.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала