Qu’ils se disent "oui, je peux tuer des gens": Michel Cymès veut demander des comptes aux "antivax"

© SputnikManifestation contre le pass sanitaire et la vaccination obligatoire des soignants, 21 juillet 2021, Paris
Manifestation contre le pass sanitaire et la vaccination obligatoire des soignants, 21 juillet 2021, Paris - Sputnik Afrique, 1920, 13.10.2021
S'abonnerTelegram
Connu pour ses critiques virulentes à l’encontre des réfractaires à la vaccination, le médecin médiatique Michel Cymès les a de nouveau blâmés pour leur comportement qu’il juge irresponsable et menaçant.
Une nouvelle charge de Michel Cymès contre les "antivax". Dans un entretien accordé le 12 octobre à Yahoo Actualités, le médecin et animateur appelle les personnes qui ne veulent pas se faire vacciner à "se regarder dans la glace le matin" et se dire "oui, je peux tuer des gens dans la journée".
D’après lui, leur comportement est d’autant plus irresponsable qu’il y a "des gens fragiles" ainsi que des gens qui "n'auront peut-être pas pu se faire vacciner pour des raisons médicales: contre-indications, un système immunitaire qui ne supporte pas la vaccination".
Quoiqu’il en soit, il ne veut plus perdre de temps à persuader les opposants à la vaccination d’aller se faire vacciner.
"Je refuse de débattre avec des ‘antivax’. Ça fait un an qu'on explique les risques qu'on prend pour soi et surtout pour les autres. Un an qu'on explique que dans 'Liberté, égalité, fraternité' il y a aussi 'fraternité'. C'est leur problème", a-t-il insisté.
La responsabilité des médecins
Finalement, il a estimé que les soignants et les médecins qui se sont opposés à la vaccination pour des raisons personnelles devront un jour répondre de leurs actes.
"Je pense qu'un jour il faudra demander des comptes à ceux qui ont été médecins ou infirmières et qui ont refusé de se faire vacciner pour des raisons qui leur sont probablement personnelles", a-t-il lancé.
Et de conclure:
"Je ne m'apitoie absolument pas sur le sort des infirmières ou des médecins qui ont fini par quitter ce métier parce qu'ils n'ont pas voulu se faire vacciner. C'est leur choix, c'est leur problème."
Des critiques régulières
En août, en plein mouvement contre le pass sanitaire, Michel Cymès avait souligné que 200.000 personnes qui manifestaient dans les rues dans toute la France ne représentaient rien vu la population du pays. Il blâmait, entre autres, des "personnes égoïstes" avec "des pancartes antisémites ou anti-Macron" et évoquait une situation "effarante".
En septembre, il s’était emporté également sur France 5 contre certains médecins qui appellent à ne pas se faire vacciner: "C'est scandaleux, inadmissible, irresponsable! Alors qu'un médecin ne se fasse pas vacciner, bon... Mais qu'il fasse du prosélytisme en expliquant que c'est dangereux, ce sont des tarés!"
La vaccination en France
Pour le moment, selon le ministère des Solidarités et de la Santé, plus de 50,9 millions de personnes ont reçu au moins une dose de vaccin, soit 75,5% de la population totale. Au 11 octobre 2021, 88,6% de la population majeure avait reçu au moins une injection et 86,5% de la population majeure avait un schéma vaccinal complet. L’AFP précise qu’au total quelque 2,2 millions de personnes âgées ou présentant une comorbidité ne sont toujours pas vaccinées.
Le directeur du conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, a estimé la semaine dernière sur LCI que la "priorité absolue" était "d'atteindre les personnes vulnérables et fragiles".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала