L'application TousAntiCovid et un masque - Sputnik Afrique, 1920, 22.09.2021
Covid-19

Les scientifiques précisent la proportion de personnes qui perdent le goût à cause du Covid-19

© Photo Pexels/Sander BrwrsNourriture, image d'illustration
Nourriture, image d'illustration - Sputnik Afrique, 1920, 13.10.2021
S'abonnerTelegram
Environ un tiers des patients atteints de Covid-19 souffrent d’une perte de goût, constate une équipe de chercheurs américains qui ont analysé plusieurs centaines d’études portant sur plus de 138.000 malades.
Des chercheurs américains ont présenté un aperçu des publications scientifiques sur les symptômes du Covid-19 tels que la perte ou un changement des capacités gustatives. Ce problème, ont-ils déduit, concerne un tiers des patients, à en juger par 241 études passées au crible.
Si, au début de l’épidémie, les scientifiques tendaient à croire que l'agueusie allait de pair avec l’anosmie, la recherche en question s’est focalisée exclusivement sur les travaux basés sur les tests de goût directs (parallèlement à l’évaluation individuelle des malades) afin d’éviter la confusion des deux symptômes.
Sur 138.897 patients ayant participé aux études analysées, 36,9% ont perdu le goût, selon les auteurs de l’article dont une prépublication a été mise en ligne sur medRxiv.org.
"Les hommes ont rapporté la perte du goût moins souvent que les femmes et ce symptôme a été le plus répandu chez ceux d’âge moyen", indiquent les auteurs.
La répartition du problème en fonction de l’âge était la suivante: 11% des moins de 18 ans et 44% des patients d’entre 36 et 50 ans en ont souffert. Plus il y avait de femmes dans le groupe étudié, plus le résultat était élevé.
"Les femmes sont probablement plus sensibles à la perte du goût car elles sont en général plus sensibles que les hommes et ont ainsi plus de capacités à perdre", estiment les chercheurs.

De possibles raisons

Le mécanisme biologique causant le symptôme pose toujours question, reconnaissent-ils. Selon certaines études, la gravité de l’agueusie est associée à la quantité de SARS-CoV-2 dans la salive.
D’après d’autres hypothèses, ce trouble serait dû soit à l’endommagement des cellules gustatives par le virus, soit à l’impact de celui-ci sur les flux neuronaux dans le cerveau responsables des sensations gustatives.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала