Estrosi fustige l’UE pour avoir commis "une faute politique et économique" vis-à-vis de la Russie

© AFP 2022 THOMAS COEXChristian Estrosi
Christian Estrosi - Sputnik Afrique, 1920, 12.10.2021
S'abonnerTelegram
La France et la Russie doivent développer leurs liens tous azimuts, selon le maire de Nice Christian Estrosi, qui participe à un forum d’affaires franco-russe à Moscou. D’après l’édile, les consommateurs et les entreprises français et européens sont les premières victimes de la politique de l’Union européenne vis-à-vis de la Russie.
La France pourrait être à l’avant-garde du rétablissement des relations entre l’Europe et la Russie, a déclaré le maire de Nice, ancien ministre de l’Industrie et fondateur de La France audacieuse (LFA), Christian Estrosi, devant les participants à un forum d’affaires franco-russe organisé à Moscou ce mardi 12 octobre.
"Je crois profondément que la France et la Russie doivent franchir une étape supplémentaire en leur coopération et renforcer leurs liens qui se sont, on peut le dire, quelque peu distendus depuis 2014", a expliqué l’édile niçois, détaillant sa vision de l’évolution des relations entre les deux pays.
Et d’ajouter que cette collaboration serait capable de "susciter un regard renouvelé" dans les domaines "économique, environnemental, culturel, linguistique, touristique mais aussi sportif".
Christian Estrosi a rappelé que l’Hexagone était déjà l’"un des premiers employeurs internationaux en Russie" avec ses 34 entreprises et 160.000 employés, ainsi que le troisième investisseur étranger.

"Discours de vérité"

Dans son intervention, qu’il a lui-même qualifiée de "discours de vérité", le maire de Nice a abordé le sujet de la "profonde crise énergétique" que traversent actuellement l’Europe et la France.
M.Estrosi a indiqué que les "Européens ont en grande part la responsabilité dans cette situation".
Selon lui, la Russie, en tant que l’un des principaux fournisseurs de combustibles, aurait pu jouer un rôle stabilisateur si l’Europe n’avait pas "refusé de signer avec la Russie des contrats de long terme privilégiant les ventes au court temps".
"Les instances européennes ont commis une faute politique et économique [dans les relations avec la Russie, ndlr] que les consommateurs [européens, ndlr] sont en train de payer très cher", a constaté Christian Estrosi.
Il a également ajouté que les sanctions européennes "injustes et contreproductives" avaient coûté des dizaines de milliards d’euros aux agriculteurs français et européens.

"Leader européen du rapprochement"

Mais il n’est pas trop tard pour redémarrer la coopération et, d’après l’élu niçois, la France pourrait endosser le rôle de "leader européen du rapprochement" entre l’Europe et la Russie.
M.Estrosi considère que la présidence française au sein de l’UE, qui commencera le 1er janvier prochain, pourrait "permettre de rendre possible ce rapprochement nécessaire".
"Je pense profondément que l’avenir de l’Europe ne peut pas se construire sans une Russie forte et puissante, et inversement […] L’avènement politique et diplomatique de l’UE ne se réalisera pas si elle tourne le dos à la Russie", a souligné le maire de Nice.
Quant aux relations bilatérales franco-russes, l’édile voit beaucoup de perspectives dans la création de nouvelles coopérations environnementales et universitaires, ainsi que dans le développement de projets communs dans les domaines d’intelligence artificielle, smart city, green tech, des mobilités et énergies de demain.
Sans oublier "des coopérations extrêmement porteuses" dans le domaine spatial, qui représentent "une fierté" pour la France et qui devraient être poursuivies et étendues, a mis en avant Christian Estrosi.

Un "enjeu diplomatique et géostratégique fondamental"

L’ex-ministre français de l’Industrie a indiqué que dans l’évolution du partenariat avec la Russie, à part le côté économique, il voyait un "enjeu diplomatique et géostratégique fondamental".
M.Estrosi a mentionné dans ce contexte le sujet de la "commande australienne de sous-marins" dont il perçoit la rupture comme "une lourde faute" des États-Unis vis-à-vis de la France.
Selon le maire de Nice, cet évènement pourrait ouvrir de nouvelles perspectives de contact entre l’Hexagone et la Russie dans le domaine de la sécurité.
"Je souhaite que nous travaillions main dans la main en matière de coopération militaire, de renseignement et de lutte contre le terrorisme", a-t-il déclaré, exprimant ainsi sa vision du développement des liens franco-russes dans cette sphère.
Le forum d’affaires franco-russe a été organisé par l’Institut Choiseul, en partenariat avec l’Union russe des industriels et entrepreneurs (RSPP), la Chambre de commerce et d'industrie franco-russe (CCI France Russie).
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала