Le changement climatique présente de graves risques sanitaires et économiques pour l’Afrique du Sud

Afrique du Sud - Sputnik Afrique, 1920, 11.10.2021
S'abonnerTelegram
Le changement climatique présente de graves risques sanitaires, environnementaux et économiques pour l’Afrique du Sud, a indiqué lundi le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa.
"Ces risques auront des effets de plus en plus dommageables sur la santé humaine, la disponibilité de l'eau, la production alimentaire, les infrastructures et les migrations", a souligné Ramaphosa dans sa Newsletter hebdomadaire.
Il a précisé que de nombreux Sud-africains ressentent déjà les effets du changement climatique à travers la sécheresse et les inondations, qui ont un effet négatif sur leurs moyens de subsistance.
"Plusieurs communautés dans la province de Mpumalanga, par exemple, sont touchées par des niveaux élevés de pollution, ce qui augmente les maladies respiratoires et d'autres maladies. Ceux qui dépendent de l'océan pour vivre ont déjà vu les stocks de poissons s'épuiser en raison de l'évolution des conditions météorologiques et des changements de température de l'océan", a-t-il expliqué.
Par ailleurs, a-t-il signalé, il existe des risques économiques plus larges liés à ce phénomène. "Alors que nos partenaires commerciaux poursuivent l'objectif de zéro émission nette de carbone, ils sont susceptibles d'augmenter les restrictions sur l'importation de biens produits à l'aide d'énergie à forte intensité de carbone", a souligné le chef de l’Etat.
Il a noté ainsi que puisqu'une grande partie de l’industrie sud-africaine dépend de l'électricité produite à base de charbon, "nous constaterons probablement que les produits que nous exportons vers divers pays seront confrontés à des barrières commerciales et, en outre, les consommateurs de ces pays peuvent être moins disposés à acheter nos produits".
L'autre risque économique est que les investisseurs hésiteront à investir dans les industries alimentées par les combustibles fossiles, a-t-il poursuivi, rappelant que les banques et les institutions financières subissent déjà des pressions de la part de leurs actionnaires pour ne pas financer les entreprises qui dépendent des combustibles fossiles.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала