Talibans au pouvoir en Afghanistan

Les talibans refusent de reconnaître la menace de Daech pour l’Afghanistan

© AFP 2022 JAVED TANVEERTalibans Kaboul
Talibans Kaboul - Sputnik Afrique, 1920, 08.10.2021
S'abonnerTelegram
Les talibans* qui ont annoncé la lutte contre les djihadistes en Afghanistan jugent que Daech* ne menace pas le pays mais représente un simple inconvénient. Selon leur porte-parole Zabihullah Mudjahid, ils arrivent à trouver et à neutraliser les auteurs des attentats, ainsi qu’à détruire leurs cachettes.
Après avoir fait part de leur intention d’éliminer Daech* sur le territoire afghan, les talibans* ont toutefois estimé que les terroristes ne menaçaient pas le pays.
"Nous ne qualifions pas Daech* de menace, mais plutôt de mal à la tête", a déclaré le porte-parole des talibans* Zabihullah Mudjahid, cité par Tolo News. "Cela cause un mal à la tête dans certains endroits [du pays, ndlr] mais à chaque incident, les coupables sont immédiatement neutralisés. Nous les chassons et détruisons leurs abris", a-t-il ajouté.
Selon lui, Daech* n’est pas soutenu pas le peuple afghan.
Cette annonce a été faite quelques jours après un attentat à la bombe contre une mosquée de Kaboul ayant fait plusieurs morts. 12 personnes sont décédées et 32 ont été blessées, a appris Sputnik d'une source au sein du mouvement taliban*. Quelques heures tard, ceux-ci ont affirmé avoir neutralisé une cellule terroriste à Kaboul impliquée dans cette attaque.
La cache "a été complètement détruite et tous les membres de Daech* à l'intérieur ont été tués", a assuré M.Mudjahid.

Présence djihadiste

Après ces faits, Moscou s’est déclarée préoccupée par l’activité accrue de Daech* en Afghanistan. La Russie envisage d’inviter des représentants des talibans* à des pourparlers internationaux qui se dérouleront dans le cadre du "format de Moscou", à savoir avec des représentants russes, afghans, chinois, pakistanais, iraniens et indiens.
Les opérations anti-Daech* ont été lancées fin septembre. L’offensive a débuté dans la province de Nangarhar, située dans l’Est du pays, et dans la région de Kaboul. Au moins 17 membres du mouvement ont été tués lors des affrontements avec les terroristes dans la province de Zabol, près de la frontière avec le Pakistan. Plusieurs djihadistes présumés ont été exécutés début octobre dans la capitale de Nangarhar, Jelalabad.
Depuis l’arrivée des talibans* au pouvoir à la mi-août, plusieurs attaques meurtrières sont survenues. Parmi celles-ci figurent les attentats du 26 août 2021 contre l’aéroport de Kaboul, revendiqués par une filiale afghane de Daech*, l’État islamique du Khorasan. Ils ont fait plus de 170 morts dont 13 militaires américains.
La menace de la résurgence d’Al-Qaïda* ou de Daech* en Afghanistan a été pointée fin septembre par Mark Milley, chef d’État-Major des armées des États-Unis. D’après lui, "les talibans* restent une organisation terroriste et entretiennent toujours des liens avec Al-Qaïda*".
Ses propos ont été faits après que Joe Biden a dénoncé l’élimination totale de ce danger en Afghanistan, ce qui a servi de prétexte pour en retirer les troupes américaines. Le chef du Pentagone a plus tard nuancé en précisant que des membres de cette organisation terroriste étaient toujours présents sans représenter de menace pour les États-Unis.
*Organisations terroristes interdites en Russie
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала