"On chasse des quartiers des populations blanches": un cadre LR s’en prend au communautarisme

© Sputnik . Valeri Melnikov / Accéder à la base multimédiaUn musulman
Un musulman - Sputnik Afrique, 1920, 06.10.2021
S'abonnerTelegram
Les habitants non musulmans de certains quartiers sont "chassés" de leurs lieux d’habitation, ce qui constitue une "épuration ethnique", selon le vice-président des Républicains Gilles Platret. Si la remarque a été appréciée par le presque candidat Éric Zemmour, un élu de gauche l’a qualifiée d’incitation à la haine.
Le maire de Chalon-sur-Saône et vice-président des Républicains (LR) Gilles Platret n’a pas mâché ses mots en parlant du communautarisme, un phénomène observé dans certains quartiers, lors de sa dernière sortie médiatique sur la chaîne CNews.

"Moi je sens une espèce d'épuration ethnique. Vous avez des personnes d'origines étrangères qui chassent, petit à petit, ce qu'on appelle en démographie des natifs, des gens qui sont originaires du pays, pour faire de la place", a-t-il déclaré le 5 octobre dans l’émission Morandini Live.

Il faisait ainsi référence à un incident récent à Lyon, quand un homme de 33 ans, voulant mettre fin au harcèlement de rue de sa copine, a été attaqué par deux individus qui l’ont qualifié de "fils de p*te de Blanc". "Quand on attaque quelqu'un en disant 'sale Blanc', je suis désolé: on est dans un processus d'épuration ethnique. Petit à petit, on chasse des quartiers des populations blanches en particulier", a-t-il poursuivi.
"On pousse dehors par la violence, par la menace, par l'insulte, des populations qui n'appartiennent pas à un bloc musulman au sens large et qui sont éjectées des quartiers. Ça c'est une réalité. J'appelle ça 'épuration ethnique', puisque vous avez des différences d'origine de population. Une population est en train d'en éjecter une autre", a lâché le cadre LR.

Polémique

Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône depuis 2014, est connu pour sa vision "offensive" de la laïcité: en 2016, il voulait imposer l’exigence de parler français sur les chantiers publics pour limiter le recours aux travailleurs détachés et en 2017, il a interdit dans sa ville un "Salon de la femme orientale" jugé communautariste.
Cette sortie a apparemment plu à l’ex-chroniqueur de CNews et quasi-candidat Éric Zemmour, pour qui les questions identitaire et migratoire restent ses thèmes de prédilection. Il n’a pas manqué de réagir sur Twitter: "Voilà un LR courageux!"
A contrario, les propos du vice-président de LR ont révolté Aurélien Taché, député ex-La République en marche et fondateur du parti de gauche Les Nouveaux Démocrates, qui a fait part de son intention de saisir la justice. "On ne peut pas laisser dire n'importe quoi et cette incitation à la haine ne doit pas rester impunie", s’est-il indigné.
"Quand la dénonciation à l’ombre de l’article 40 vient d’un député qui a justifié la polygamie et qui défend le droit à toutes les cultures d’exister sur le sol français sauf la française, cela vaut toutes les médailles!", a rétorqué à son tour le vice-président de LR.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала