Station de pompage de gaz - Sputnik Afrique, 1920, 08.10.2021
Crise du gaz 2021
L’augmentation du prix du gaz en Europe, enregistrée depuis le début de 2021, s’est accélérée en septembre. Si le 1er septembre, 1.000 mètres cubes se vendaient 614 dollars, contre plus de 1.030 dollars à la fin du mois.

La commissaire européenne à l’Énergie livre un pronostic pessimiste sur les prix du gaz

© AFP 2022 JEAN-FRANCOIS BADIASLa commissaire européenne Kadri Simson au Parlement européen, le 6 octobre 2021
La commissaire européenne Kadri Simson au Parlement européen, le 6 octobre 2021 - Sputnik Afrique, 1920, 06.10.2021
S'abonnerTelegram
Les prévisions sur la stagnation des prix élevés du gaz pendant l’hiver semblent se confirmer. La commissaire européenne à l’Énergie a avancé ce 6 octobre que les prix pourraient baisser à partir du printemps 2022 et a annoncé la prochaine présentation de mesures de court et de long terme pour pallier la crise énergétique en Europe.
Il est fort probable que les prix du gaz, qui engrangent les records historiques, ne baissent pas avant le printemps, estiment de nombreux responsables politiques européens.
Depuis janvier 2021, les tarifs réglementés du gaz ont augmenté de près de 57% en France. Une augmentation annuelle moyenne de la facture de gaz qui s’affiche entre 350 et 400 euros, selon Bruno Le Maire. Cet impact sur les ménages se trouve en corrélation avec les fluctuations des prix sur le marché gazier qui ont triplé depuis le mois d’août.
Ce 6 octobre, les contrats à terme pour cette matière première du hub néerlandais TTF se vend à environ 1.700 dollars pour 1.000 mètres cubes à la bourse ICE après avoir brièvement dépassé 1.900 dollars dans la matinée.
Fin septembre, Thierry Breton avait suggéré que cette crise énergétique qui concerne aussi l’électricité et les carburants pourrait "durer quelques mois", voire "tout l’hiver". Le même avis a été relayé par Bruno Le Maire qui a également redouté une répercussion sur les prix de l’électricité début 2022.
Une semaine plus tard, la Commission européenne a annoncé des prévisions identiques:
"Les prix du gaz resteront élevés pendant l’hiver. Nous nous attendons à ce qu’ils baissent vers le printemps 2022", a déclaré Kadri Simson, commissaire européenne à l’Énergie.
Malgré les niveaux faibles du gaz stocké en Europe, sa quantité suffira pour plusieurs mois. Actuellement, le niveau du stockage souterrain du gaz est estimé à 75%, a-t-elle souligné. Bien qu’il soit inférieur au volume moyen stocké sur 10 ans, "il reste approprié pour couvrir les besoins en période hivernale".

Ce qui pourrait faire baisser les prix du gaz

Afin de contrer la crise énergétique, l’institution met au point une série de mesures de court terme qui seront présentées à la mi-octobre. Il s’agit d’une aide financière destinée aux consommateurs et d’une réduction des taxes sur l'énergie, a expliqué Kadri Simson.
La commissaire a annoncé qu’une réforme du marché gazier sera proposée en fin d’année, orientée vers l’élargissement des investissements dans l’énergie verte. L’une des éventuelles dispositions parmi les mesures de long terme est l’achat conjoint de gaz par l’UE et la création d’une réserve stratégique européenne.
"Ce choc des prix ne peut pas être sous-estimé", poursuit-elle. "Si rien n'est fait, cela risque de compromettre la reprise de l'Europe".
Les analystes de la banque danoise Saxo Bank estiment que le lancement du gazoduc Nord Stream 2, qui a commencé à remplir la première conduite, pourrait jouer un rôle important pour le retour des prix du gaz à la normale.

Mesures en France

Après avoir augmenté de 10% en juillet, de 5% en août et de 8,7% en septembre, les prix du gaz connaîtront une nouvelle hausse de 12,6% en octobre et de 15% en novembre. Pour stopper cette flambée, le gouvernement français a annoncé le déploiement d’un "bouclier tarifaire" permettant de geler les tarifs réglementés du gaz au 1er novembre jusqu’au printemps 2022.
En plus de cela, Jean Castex s’est engagé à recourir à un "levier fiscal" en cas de nécessité. La mesure consiste en une diminution des taxes spécifiques sur cette énergie "dans l’hypothèse où, pour nous et pour toute l’année 2022, les prix du gaz ne baisseraient pas à la hauteur de ce qu'ils augmentent aujourd'hui", a indiqué le 5 octobre le Premier ministre à l’Assemblée nationale.
Le gouvernement a également annoncé le versement d’un chèque énergie exceptionnel de 100 euros aux ménages les plus modestes.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала