Palais de l’Élysée - Sputnik Afrique, 1920
Présidentielle française 2022
La prochaine élection présidentielle française va se dérouler du 10 au 24 avril 2022.

Un élu EELV s’en prend à Zemmour, "symptôme grave de nos dégradations"

© AP Photo / Michel EulerÉric Zemmour
Éric Zemmour - Sputnik Afrique, 1920, 05.10.2021
S'abonnerTelegram
L’élu écologiste niçois Jean-Marc Governatori reproche à Éric Zemmour son manque d’attention pour les "crises" climatique et financière "dont les potentiels de gravité sont les plus hauts de tous les temps".
Éliminé au premier tour de primaire des écologistes en vue de la présidentielle de 2022 avec un peu plus de 2% des voix, l’élu Vert Jean-Marc Governatori a critiqué les prises de position de l’ex-polémiste de CNews et candidat pressenti à l’Élysée.
"Au moment d’une crise climatique et d’une crise financière dont les potentiels de gravité sont les plus hauts de tous les temps, voilà un individu dont les sujets sont les changements de prénom, améliorer l'image de Pétain […] ou encore de dire “la délinquance en France, c’est le djihad"", écrit l’entrepreneur niçois dans une tribune citée par CNews.
M.Governatori souligne notamment que "la très large majorité des 10.000 crimes et délits subis chaque jour par notre pays n’a rien à voir avec le djihad". Selon lui, l’auteur du Suicide français "prédit un califat" dans l’Hexagone dont "99,5% du territoire habité est sans problème migratoire" et "90% de la population est non musulmane".
Le conseiller municipal appelle ainsi au "sursaut général" de tous "ceux qui ont gardé une conscience" afin de "dénoncer ce phénomène politico-médiatique qui est un symptôme grave de nos dégradations".

Un "aventurier" menacé de mort en pleine rue

Maintenant le flou autour de sa candidature à la présidentielle, l’essayiste ne cesse de s’attirer ces dernières semaines les invectives de la classe politique. Ainsi, le weekend dernier, le ministre de la Santé Olivier Véran a appelé à ne pas "laisser la France à des aventuriers" tels que M.Zemmour.
Précédemment, Emmanuel Macron avait fait référence à l’idée d’"interdire les prénoms étrangers" en France défendue par Éric Zemmour, assurant que l’identité française "ne s’est jamais bâtie sur le rétrécissement, ni à des prénoms ni à des formes de crispations".
Fin septembre, l’écrivain, à qui les récents sondages donnent la troisième place à la présidentielle 2022, a été agressé et menacé de mort par un individu dans le XVIIIe arrondissement de Paris.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала