La demande en énergies fossiles retrouve ses niveaux d'avant la pandémie

© AFP 2022 Joe KlamarL’Agence internationale de l'énergie, logo
L’Agence internationale de l'énergie, logo  - Sputnik Afrique, 1920, 04.10.2021
S'abonnerTelegram
La demande de charbon et de gaz naturel a dépassé les niveaux records d'avant la pandémie, et le pétrole n'est pas loin derrière, ce qui compromet les espoirs de voir la pandémie accélérer la transition des combustibles fossiles vers des énergies propres.
La pénurie mondiale de gaz naturel, les prix records du gaz et du charbon, la pénurie d'électricité en Chine et le prix du pétrole, au plus haut depuis trois ans, révèlent la même chose: la demande d'énergie est repartie à la hausse et le monde a toujours besoin de combustibles fossiles pour répondre à la plupart de ces besoins.
"La chute de la demande pendant la pandémie était entièrement liée à la décision des gouvernements de restreindre les déplacements et n'avait rien à voir avec la transition énergétique", a déclaré à Reuters Cuneyt Kazokoglu, responsable de l'analyse de la demande de pétrole chez FGE.
"La transition énergétique et la décarbonisation sont des stratégies qui s'étendent sur une décennie et ne se font pas du jour au lendemain", selon l'analyste.
Plus des trois quarts de la demande mondiale d'énergie sont toujours satisfaits par les combustibles fossiles et moins d'un cinquième par les énergies renouvelables non nucléaires, selon l'Agence internationale de l'énergie (l'AIE).
Les politiques de transition énergétique ont été critiquées car elles font flamber les prix de l'énergie. Dans certains endroits, comme en Europe, les administrations hésitent à allumer les centrales à charbon pour compenser la pénurie à cause des prix élevés.
En Chine, les politiques de réduction des émissions ont contribué à la décision du gouvernement de rationner l'énergie pour l'industrie lourde.
Mais une grande partie de la hausse des prix de l'énergie est simplement due au fait que les producteurs ont dû réduire leurs capacités de production l'année dernière, lorsque la pandémie a entraîné une baisse sans précédent de la demande.
LES ÉNERGIES RENOUVELABLES, SOLUTION À LA CRISE
Les producteurs de gaz, de charbon et, dans une moindre mesure, de pétrole, ont été pris de court par la reprise économique, en grande partie déclenchée par les dépenses publiques de relance dans les industries à forte intensité énergétique.
Les politiques nationales ont également joué un rôle dans les problèmes d'approvisionnement en électricité. En Chine, le contrôle imposé par l'État sur le prix de l'électricité fait qu'il n'est pas rentable pour les entreprises de vendre leur électricité à cause de coût trop élevé du charbon.
Les services publics chinois produisent en dessous de leur capacité pour éviter de perdre de l'argent, et non parce qu'ils ne peuvent pas produire davantage.
Par ailleurs, la conception et la construction de la plupart des projets gaziers prennent plusieurs années, de sorte que la pénurie actuelle reflète les décisions d'investissement prises avant la pandémie - et avant la mise en place des politiques actuelles de transition énergétique.
Le directeur éxécutif de l'AIE, Fatih Birol, a déclaré que les politiques de transition énergétique n'étaient pas responsables de la crise.
"La transition énergétique propre bien gérée est une solution aux problèmes que nous observons aujourd'hui sur les marchés du gaz et de l'électricité - et non leur cause", a déclaré Fatih Birol dans un communiqué.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала