Après avoir volé des pompiers et menacé les policiers, il écope d’un stage de citoyenneté

Samu - Sputnik Afrique, 1920, 04.10.2021
S'abonnerTelegram
Un individu ayant pillé une ambulance dans le Val-de-Marne et menacé de mort les policiers en faisant aussi l’apologie du terrorisme a écopé d’un stage de citoyenneté.
Un individu de 20 ans qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux ces derniers jours avec des propos et des actions condamnables a été sanctionné par la justice. D’après Actu17, après son placement en garde à vue le 2 octobre suite à plusieurs vidéos provocantes, l’homme, jusqu’ici inconnu des services de police, a été remis en liberté. Sa garde à vue a duré moins de 24 heures. La justice lui a infligé un stage de citoyenneté, une alternative à l’emprisonnement, en tant que sanction pénale.

Les vidéos en question

Dans une série de vidéos, l’intéressé s’est filmé à proximité d’une école d’Ablon-sur-Seine (Val-de-Marne), où des pompiers étaient en intervention, laissant leur véhicule ouvert. L’individu se dénommant Rayan a pénétré dans le véhicule et s’est allongé sur le brancard. Il s’est également filmé à plusieurs reprises en train de dérober du matériel dans un camion de pompiers. "Nik tout les pompiers de France qui font les malins [sic]", ajoute l’individu en commentaire.
Les sapeurs-pompiers de Paris ont déposé plainte et le matériel volé aurait été retrouvé non loin de cette école, selon Le Figaro.
Dans une autre vidéo, le même homme menace de mort les policiers en faisant l’apologie du terrorisme. "J’vais les niquer, j’vais aller dans le commissariat, Allahu Akbar! Pan, pan pan! Bande de chiens, attendez, j’arrive, mettez tous vos gilets pare-balles!", lance-t-il en mimant des tirs avec sa main.
Après son interpellation, l’individu a fait savoir que les vidéos en question n’étaient qu’une "blague qui a été mal prise".

Les réactions

D’après Jérôme Jimenez, délégué du syndicat UNSA Police, interrogé le 4 octobre par CNews, de tels faits devraient être punissables d’emprisonnement ferme ou d’une amende importante.
"Le sinistre individu qui a insulté et volé des pompiers en intervention, avant de faire l'apologie du terrorisme en mimant un attentat dans un commissariat, a été libéré après une garde à vue de moins de 24h. Il a écopé... d'un simple stage de citoyenneté", a commenté ce 4 octobre sur Twitter Julie Lechanteux, députée européenne.

Un cas similaire

Le casier judiciaire vierge pourrait être l’une des raisons qui ont poussé la justice à être plus clémente.
Une peine similaire a été prononcée en mai 2020 à l’encontre de deux individus de 19 et 20 ans qui avaient frappé, insulté, craché et lancé des jets de projectile à l’encontre des forces de l’ordre au cours d’une fête improvisée trop bruyante en pleine pandémie à Villeurbanne près de Lyon. Si le parquet demandait six mois de prison avec sursis, la justice a infligé un stage de citoyenneté.
Aux termes de l’article 131-5-1 du Code pénal, cette sanction a pour objet de "rappeler au condamné les valeurs républicaines de tolérance et de respect de la dignité humaine sur lesquelles est fondée la société".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала