Un chef indigène appelle Macron à sauver l’Amazonie

© AP Photo / Nicolas Garrigale chef indigène Cacique Ninawa
le chef indigène Cacique Ninawa  - Sputnik Afrique, 1920, 03.10.2021
S'abonnerTelegram
Encouragé par le fait qu’Emmanuel Macron ait prêté attention aux incendies en Amazonie, le chef indigène Cacique Ninawa lui a adressé une lettre en lui demandant d’influencer les autres dirigeants européens pour mettre fin à l’exploitation des forêts.
Venu en France à l’occasion du Forum Mondial pour la Paix à Caen, Cacique Ninawa сhef du peuple Huni Kui qui vit dans l’Amazonie brésilienne, a fait une escale à Paris pour remettre une lettre au chef de l’État.
D’après Associated Press qui a pu en prendre connaissance, il exhorte Emmanuel Macron à user de son influence sur l'ensemble de l'Union européenne pour limiter les échanges liés à la déforestation. Il l’appelle également à faire pression sur son homologue brésilien Jair Bolsonaro afin qu'il mette fin aux projets d'exploitation forestière, agricole et de développement qui détruisent l’Amazonie.
"Alors que les incendies de forêt dévastent la flore et la faune, l'administration actuelle s'efforce d'autoriser (…) l’exploitation de la forêt pour le bois dans le but de créer des champs pour les monocultures de soja et élever du bétail", a-t-il écrit.
Il a laissé sa lettre à un policier du palais de l'Élysée et a obtenu un reçu. Le bureau du Président n'a pourtant pas indiqué si le pli serait remis à Emmanuel Macron. Cacique Ninawa se félicite du fait que ce dernier ait attiré l'attention du monde entier sur les incendies de forêt en Amazonie en 2019, en postant sur Twitter "notre maison brûle".
Tensions franco-brésiliennes
Du surcroît, le chef d’État n’était pas d’accord avec Emmanuel Macron, qui a qualifié l’Amazonie de "poumon de la planète". Pour lui il s’agit d’"une erreur des scientifiques", tout comme il est "faux de dire que l'Amazonie appartient au patrimoine de l'humanité".
En août 2019 Jair Bolsonaro a accusé son homologue français d’instrumentaliser "une question intérieure au Brésil et aux autres pays amazoniens pour des gains politiques personnels" et a dénoncé "une mentalité colonialiste" après qu’Emmanuel Macron a qualifié les incendies de "crise internationale" et a appelé à parler de "cette urgence au G7".
En septembre 2019, il a critiqué à l’Onu "certains leaders indigènes […] instrumentalisés par des gouvernements étrangers dans la guerre de l'information qu'ils mènent pour faire avancer leurs intérêts en Amazonie".
Les forêts menacées par le soja?
Mi-janvier 2021, rebelote. Le Président brésilien n’a pas laissé passer une déclaration d’Emmanuel Macron sur la dépendance de l'Europe par rapport au soja de son pays. Jugeant que sa production était liée à la déforestation, il avait préconisé d'augmenter cette culture en Europe pour être "cohérent avec (nos) ambitions écologiques".
En réaction, son homologue l’avait appelé à arrêter de "dire des idioties". "Vous ne connaissez pas votre pays et vous n'arrêtez pas de donner votre opinion sur le Brésil", avait-il ajouté.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала