L'UE compterait mettre en place une mission militaire en Ukraine

© Sputnik . Ramil Sitdikov / Accéder à la base multimédiaDrapeaux de l'Union européenne et de l'Ukraine
Drapeaux de l'Union européenne et de l'Ukraine - Sputnik Afrique, 1920, 03.10.2021
S'abonnerTelegram
L’Union européenne examine la possibilité de mettre en place une mission militaire en Ukraine, selon le Welt am Sonntag. Une décision, qui en cas de réalisation, pourrait contenter certains milieux politiques ukrainiens, mais risque d’éloigner encore le règlement du conflit militaire à l’intérieur du pays.
Un dossier sur l’établissement d’une mission militaire de l’Union européenne (UE) en Ukraine se trouve maintenant sur les tables de hauts fonctionnaires européens, relate ce dimanche 3 octobre le Welt am Sonntag.
Le projet s’appelle officiellement Mission de conseil et d’entraînement militaire de l’UE en Ukraine (EU Military Advisory and Training Mission Ukraine, EUATM).
La demande d’instaurer une structure pareille provient des ministres ukrainiens des Affaires étrangères et de la Défense, qui, selon l’hebdomadaire, avaient adressé "un courrier confidentiel" au chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.
L’EUATM devrait témoigner de la "solidarité avec l’Ukraine" face aux soi-disant "activités militaires" de la Russie à la frontière russo-ukrainienne et à la situation avec la Crimée.
Le Welt am Sonntag indique que ce dossier de Bruxelles comprendrait également d’autres instruments européens qui pourraient favoriser le renforcement des capacités de défense de l’armée ukrainienne. Il pourrait s’agir notamment de l’élargissement de la mission de conseil aux forces de sécurité intérieure ukrainiennes (EUAM Ukraine), lancée en juillet 2014.

Un "test décisif" pour l’Allemagne?

Au micro de Die Welt, l’ambassadeur d’Ukraine en Allemagne, Andriy Melnyk, a exprimé l’espoir que "les gouvernements fédéraux actuels et futurs soutiennent activement cette initiative historique".
M.Melnyk qualifie la position allemande sur ce sujet de "symbole de l’avenir de l’Allemagne".

"Ce sera un test décisif pour voir si la République fédérale, y compris la prochaine coalition, est réellement prête à assumer beaucoup plus de responsabilités qu'auparavant sur la scène internationale et à rendre le continent européen plus sûr à long terme", estime le diplomate ukrainien.

Selon le média allemand, au sein des principales forces politiques du pays, il n’y a pas d’unanimité concernant cette initiative concrète et le conflit militaire ukrainien en général.
Le ministère allemand des Affaires étrangères n'a pas voulu commenter le thème à la demande de Die Welt.
Le quotidien indique que le projet de document européen relatif à la mise en place éventuelle de l’EUATM en Ukraine pourrait contenir des options moins provocantes vis-à-vis de Moscou, notamment une "cellule de liaison et de planification" à l’instar de la structure créée par l’UE en Libye.

Une chaîne antirusse

Un autre projet potentiel commun entre Kiev et l’UE a été évoqué par le Président ukrainien Volodymyr Zelensky.
C’est une nouvelle chaîne de télévision qui pourrait être lancée par les parties ukrainiennes et européennes afin de faire connaître la réalité de l’Ukraine et de lutter contre la Russie.
En 2019, pour renforcer ses positions dans "la guerre médiatique", Kiev avait déjà eu l’intention de créer une chaîne de télévision internationale en langue russe qui s’adresserait directement aux habitants du Donbass et de la Crimée. Cette idée n’est restée que sur le papier.
En février 2021, le Président ukrainien a ordonné de fermer les chaînes de télévision privées 112.Ukraine, NewsOne et ZIK. Kiev a expliqué la mesure contre ces médias bilingues, qui proposaient des émissions en ukrainien et en russe, par la lutte contre la propagande et la désinformation russes.
Les relations entre Moscou et Kiev se sont détériorées sur fond de situation dans le Donbass, suite au coup d’État en Ukraine de 2014 et à la réunification de la Crimée avec la Russie.
Après avoir adopté en 2015 une déclaration qualifiant la Russie de "pays agresseur", les autorités ukrainiennes ont accusé le Kremlin d’ingérence.
La Russie insiste sur le fait qu’elle n’est pas partie prenante du conflit militaire dans l’est de l’Ukraine et qu’elle assure la médiation des pourparlers entre Kiev et les administrations de Donetsk et Lougansk sur la base des Accords de Minsk.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала