Le conflit arménien est à l'origine des affrontements lors du match OM-Galatasaray à Marseille

© Wikipedialoups gris
loups gris - Sputnik Afrique, 1920, 03.10.2021
S'abonnerTelegram
Le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France condamne les incidents qui se sont déroulés en marge du match Marseille – Galatasaray le 30 septembre. Il reproche aux supporters turcs d’avoir provoqué le public marseillais avec un drapeau azerbaïdjanais et effectué le signe des Loups Gris, organisation dissoute en France.
Le match Marseille – Galatasaray comptant pour la phase de groupe d’Europa League n’a pas fini de faire parler de lui. En effet, la section sud du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF) condamne dans un communiqué les provocations des supporters turcs qui ont entraîné l’arrêt du match. L’association reproche aux supporters turcs d’avoir provoqué le public marseillais avec un drapeau d’Azerbaïdjan et effectué le signe caractéristique des Loups Gris, organisation dissoute par décret du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin le 4 novembre 2020.
Le CCAF lance un appel à Gérald Darmanin afin de prendre la mesure du risque et éviter que les incidents de Lyon survenus en avril dernier se reproduisent.

Deux versions qui s’opposent

Il faut tout d’abord noter que cette rencontre avait été classée à haut risque par la préfecture des Bouches-du-Rhône. Les supporters ayant acheté leurs billets sur le site du club de Galatasaray ont été placés en parcage visiteur et les supporters indépendants turcs qui se trouvaient en tribune marseillaise devaient être replacés en parcage visiteur. Enfin, une zone tampon autour de cette zone avait été mise en place.
Si du côté des arméniens on reproche l’exhibition du drapeau azerbaïdjanais tout en faisant le signe d’appartenance aux Loups Gris, du côté turc une autre version est donnée.
En effet, il est reproché aux supporters marseillais d’origine arménienne d’avoir brandi des drapeaux arméniens en tribune face aux supporters turcs, ce qui a eu pour effet de mettre le feu aux poudres. Il est précisé aussi qu’à chaque fois qu’une équipe turque se déplace en France, ce sont toujours les mêmes provocateurs et qu’il s’était passé la même situation en 2012 lors de la venue de Fenerbahçe à Marseille. Enfin un drapeau kurde a été constaté par les supporters trucs.

Réactions politiques

Le vendredi 1er octobre, Anne Laurence Petel, députée LREM a annoncé avoir envoyé un courrier à Gérald Darmanin dans lequel elle a déclaré que les faits qui se sont déroulés sont bien plus que des faits d’hooliganisme ordinaire puisqu’il s’agit " d’incitation à la haine raciale contre les citoyens d’origine arménienne ". Elle a par ailleurs insisté sur le fait qu’il est inacceptable que les Loups Gris puissent se reconstituer. Enfin, elle a demandé au ministre de faire preuve de la plus grande fermeté face aux ennemis de la République.
En attendant, le club phocéen va devoir s’expliquer auprès de l’UEFA et pourrait risquer une suspension de participation en coupe d’Europe. En effet en Juillet 2018, les marseillais avaient été sanctionnés d’une suspension d’un an avec sursis de participation à toute compétition européenne avec une période probatoire de deux ans.
Si la période probatoire est terminée, l’Olympique de Marseille ne sera pas en position de force pour défendre son dossier face à l’instance européenne du football. Et pour ne rien arranger, le club est impliqué depuis le début de la saison dans deux incidents lié à ses supporters à Angers et Nice. Le 1er octobre, la préfecture du Nord a annoncé avoir interdit de déplacement les supporters de l’Olympique de Marseille pour le prochain match contre Lille prévu aujourd’hui à 18h00.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала