Pour limiter le bruit, un maire de la Somme prend un arrêté "anti-aboiements"

© Photo Pixabay/Free-PhotosUn chien dans une voiture
Un chien dans une voiture - Sputnik Afrique, 1920, 01.10.2021
S'abonnerTelegram
Afin de limiter les nuisances à Bouvaincourt-sur-Bresle, le maire a décidé de prendre un arrêté "anti-aboiements". Or cette décision, inspirée par une mesure similaire prise il y a deux ans dans une autre commune, ne reçoit pas un accueil unanime auprès des riverains.
Dans la commune de Bouvaincourt-sur-Bresle, dans le Nord, une mesure pour limiter les aboiements incessants a été inaugurée, relate France bleu. Suite aux plaintes de certains habitants incommodés par les chiens de leurs voisins, un arrêté en ce sens a été mis en œuvre par le maire Yves Mainnemarre.
"Un chien, ça aboie: il faut bien qu’ils s’expriment! On en est arrivés là: les gens sont aigris, ils ne supportent plus rien. Moi, ça me choque!" a protesté Agnès sur les réseaux sociaux, laquelle est propriétaire d’un petit canidé.
Le même avis a été exprimé par Christian qui a estimé que les aboiements ne l’énervaient pas, comme il s’agissait des "bruits de la campagne".
"Je suis moi-même propriétaire d’un chien, mais je comprends cet arrêté. Si mes voisins laissaient leur chien aboyer en permanence, je ne serais pas contre le fait qu’ils le rentrent un minimum à l’intérieur pour préserver le calme du quartier", estime Amandine auprès de la radio.
Pas un cas unique
Le maire de Bouvaincourt-sur-Bresle s’est inspiré d’un autre arrêté, pris il y a deux ans par la mairie de Feuquières, dans l'Oise.
"J’ai tiré une croix sur cette affaire, ça m’a pourri la vie", se rappelle l’édile, Jean-Pierre Estienne, dans les colonnes du Courrier Picard.
L’affaire était allée jusqu’au tribunal administratifmais l’arrêté sanctionnant les propriétaires des chiens excédant les riverains avec des aboiements intempestifs existe toujours.
Or, Yves Mainnemarre insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un "arrêté anti-chiens".
"C’est normal que les animaux fassent du bruit, mais quand vous avez une maison jumelée et que le chien de votre voisin aboie jour et nuit, ce n’est pas marrant", explique-t-il auprès de France bleu. "Les habitants n'ont pas à s'inquiéter : leurs chiens peuvent encore aboyer quand le voisin passe sur le trottoir d'en face. […] Mais il faut que ce soit dans la limite du raisonnable et à des heures raisonnables."
Conditions détaillées
Constatés par la gendarmerie, les aboiements "prolongés ou répétés" font objet d’une amende de 68 euros.
Dans le cas où la somme n’est pas réglée dans les 45 jours, l’infraction est majorée à 180 euros.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала