Le bitcoin n’est pas encore un moyen d’épargne sécurisé, selon la Deutsche Bank

CC BY-SA 4.0 / DonPowered / Bitcoin ATM - Brno, Czech RepublicUn guichet automatique bancaire permettant d'effectuer des opérations avec le bitcoin, Brno, Tchéquie
Un guichet automatique bancaire permettant d'effectuer des opérations avec le bitcoin, Brno, Tchéquie - Sputnik Afrique, 1920, 28.09.2021
S'abonnerTelegram
Avec le regain d’intérêt envers les cryptoactifs en 2021, une analyste de la Deutsche Bank Research a parlé des chances du bitcoin d’évoluer vers un moyen d’épargne. L’expert n’exclut pas que la première monnaie numérique reprendra un jour le rôle de l’or dans le secteur des finances globales.
Marion Laboure, économiste et stratège du marché à la Deutsche Bank Research, détaille dans un nouvel article du blog What Next de la plus grande institution financière allemande, pourquoi la première monnaie cryptographique reste un choix d’épargne risqué.
Mme Laboure indique dans ce contexte plusieurs facteurs importants.
Les deux tiers des bitcoins disponibles sont utilisés pour les investissements et les spéculations au sein des cryptobourses. D’où une volatilité élevée de la principale cryptomonnaie mondiale.
À cause de la circulation limitée, un nombre restreint d’achats ou de ventes importants de Bitcoin est capable d’affecter considérablement l’équilibre de l’offre et de la demande sur tout le marché, explique la spécialiste.
En ce qui concerne le prix du bitcoin, il se trouve toujours sous la forte influence de la perception de ce cryptoactif par les investisseurs, c’est-à-dire qu’il va rester instable dans un proche avenir.
Marion Laboure admet cependant que la capitalisation boursière des crypto-monnaies de plus d’un millier de milliards de dollars américains les rend trop importantes pour être ignorées.
Selon l’économiste, dans un futur encore lointain, le bitcoin pourrait jouer le rôle de l’or, au moins numérique, dans le domaine des finances.
Elle pense que monnaies fiduciaires et devises cryptographiques vont coexister, mais suppose que beaucoup de pays dans le monde vont imposer des régulations plus strictes au marché des cryptoactifs privés.

Le Salvador, à l’avant-garde du secteur

Mme Laboure évoque le premier pays qui vient d’officialiser le Bitcoin parallèlement à sa devise nationale.
Il s’agit du Salvador qui, après avoir l’introduit dans son système monétaire, devient également un acteur important sur le marché mondial des cryptomonnaies.
D’après les experts, le Président salvadorien poursuit également des objectifs purement marketing.
Le cas du Salvador reste d’ailleurs isolé, puisque beaucoup d’autres pays, comme par exemple la Chine et la Turquie, mettent en place des restrictions nationales quant à l’utilisation et surtout au minage du bitcoin, connu pour son caractère fortement énergivore.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала