"Une victoire historique": deux femmes transgenres font leur entrée au Bundestag

© AFP 2022 JOHN MACDOUGALLTessa Ganserer
Tessa Ganserer - Sputnik Afrique, 1920, 27.09.2021
S'abonnerTelegram
Une victoire pour la communauté LGBT d’Allemagne. À l’issue des élections législatives, deux candidates des Verts, Tessa Ganserer et Nyke Slawik, sont devenues les premières femmes transgenres à être élues au Parlement du pays.
Après son coming-out en janvier 2019, lorsque Tessa Ganserer (à l’époque Markus Ganserer) est devenue la première femme transgenre du paysage politique allemand, l’élu écologiste au Parlement régional de Bavière a annoncé ce lundi 27 septembre sur Twitter avoir "hâte" de commencer à travailler au Bundestag où elle est entrée comme candidate du parti Die Grünen (les Verts) à l’issue des élections législatives.
Comme l’explique la Bayerischer Rundfunk, devancé par le candidat CSU Sebastian Brehm dans sa circonscription de Nuremberg Nord, la femme de 44 ans a obtenu 23,6% des votes, lui garantissant ainsi la place de députée.
"C'est une victoire historique pour les Verts, mais aussi pour le mouvement d'émancipation trans et pour l'ensemble de la communauté queer", confie-t-elle à Reuters, ajoutant qu’il s’agit d’un résultat symbolique pour une société ouverte et tolérante.

Double victoire

La communauté LGBT du pays célèbre à vrai dire aujourd’hui une double victoire, car une autre candidate transgenre, Nyke Slawik, a également été élue au Bundestag sur la liste des Verts du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie.
"C’est incroyable! J’ai du mal à y croire. Avec ce résultat historique, je serai pour sûr membre du Bundestag prochainement", a-t-elle écrit sur Instagram.
Par le passé, écrit Der Tagesspiegel, la communauté LGBT n’a été représentée au Bundestag que par l’homme transgenre Christian Schenk, qui a quitté son poste de député en 2002.

Leurs ambitions

Si Nike Slawik appelle, selon Reuters, à un plan national de lutte contre l'homophobie et la transphobie, ainsi qu’à l'adoption d'une loi sur l'autodétermination et à un renforcement de la législation fédérale contre les discriminations, Tessa Ganserer demande une procédure plus facile pour ratifier un changement de sexe sur les documents d'identité et souhaite des modifications législatives pour permettre aux mères lesbiennes d'adopter des enfants.
Dans une interview accordée à l’AFP début septembre, Tessa Ganserer qualifiait d’"humiliant" que pour les élections générales du 26 septembre, son ancien prénom et le nouveau – écrit entre parenthèses – figurent sur le bulletin de vote.
Si son prénom masculin refait surface, c'est parce qu'elle n'a pas formellement modifié son identité administrative par protestation contre la complexité des démarches, dont les expertises psychiatriques.
Comme le rappelle Reuters citant la police, les crimes de haine contre les personnes LGBT ont bondi de 36% l'année dernière malgré le fait que l'homosexualité ait été décriminalisée en Allemagne en 1969 et le mariage homosexuel légalisé en 2017.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала