La mission Barkhane est "de plus en plus difficile politiquement", selon le général Trinquand

© AFP 2022 MICHELE CATTANILes soldats de l'armée française faisant partie de l'Opération Barkhane
Les soldats de l'armée française faisant partie de l'Opération Barkhane - Sputnik Afrique, 1920, 26.09.2021
S'abonnerTelegram
La récente mort d’un soldat français au Mali survient dans un contexte de négociations de plus en plus difficiles entre Bamako et Paris, compliquées par la décision des autorités locales d’inviter une société paramilitaire privée russe. Moscou a pourtant assuré que les Maliens ont procédé à cette demande pour combattre les terroristes.
Si du point de vue militaire il n’y a pas de regain de tensions dans la région où le caporal-chef Maxime Blasco a été tué le 24 septembre, la mission Barkhane est toutefois "de plus en plus difficile politiquement", car elle subit les difficultés des négociations entre Paris et le nouveau pouvoir malien, estime Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française auprès de l'Onu sur Europe 1.
"Parce que Bamako est en train, après le coup d'État, d'envisager un accord avec la société paramilitaire russe Wagner qui loue ses soldats et ses services. Cela poserait naturellement un problème important. Il n'y a pas de place possible pour ces mercenaires entre les soldats réguliers, comme les soldats français, européens et africains", a-t-il déclaré.
Le Mali accuse la France d’abandon
S’exprimant samedi 25 septembre à la tribune de l'Assemblée générale de l'Onu, le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga a accusé la France d’"abandon en plein vol", ce qui conduit le pays "à explorer les voies et moyens pour mieux assurer la sécurité de manière autonome avec d'autres partenaires". Il n’a cependant pas cité l'entreprise russe Wagner. L’officiel a déploré un "manque de concertation" de Paris et une annonce "unilatérale" sans coordination tripartite avec l'Onu et le gouvernement malien.
Des militaires russes au Mali?
Le 13 septembre, Reuters, en se référant à sept sources diplomatiques et sécuritaires, a annoncé que Bamako était proche de conclure un accord avec la société Wagner, ce qui "permettrait à Moscou d'étendre son influence en Afrique de l'Ouest".
En réaction, Jean-Yves Le Drian a annoncé que la France pourrait retirer ses troupes du Mali en cas de conclusion d’un tel accord, car il serait "absolument inconciliable" avec la présence militaire dans le pays. La ministre des Armées Florence Parly a également estimé qu'un tel accord "serait extrêmement préoccupant".
Le Kremlin avait alors tranché qu’il n’y avait "aucun représentant des forces armées russes là-bas" et qu’"aucune négociation officielle n'était en cours".
Le 25 septembre, dans les couloirs de l’Assemblée générale de l’Onu, Sergueï Lavrov a d’ailleurs expliqué aux journalistes que Bamako s’est adressé à une société militaire privée russe parce que les soldats français ont échoué à faire reculer les terroristes et que la France voulait réduire considérablement son contingent.
En effet, mi-juillet, Emmanuel Macron avait annoncé une réduction progressive des effectifs militaires français au Sahel après huit ans de présence ininterrompue, au profit d'un dispositif allégé de 2.500 à 3.000 hommes "à terme".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала