Des soldats US abattent trois personnes lors d’un débarquement en Syrie, selon Sana

CC BY 2.0 / Herbert Frank / Landschaft im Euphrattal von Raqqa nach Deir ez-ZorLa vallée de l'Euphrate de Raqqa à Deir ez-Zor (archive photo)
La vallée de l'Euphrate de Raqqa à Deir ez-Zor (archive photo)  - Sputnik Afrique, 1920, 26.09.2021
S'abonnerTelegram
Trois personnes ont été tuées lors d’une opération de débarquement en hélicoptère de soldats américains dans un village syrien, relate l’agence de presse syrienne Sana.
Les militaires américains ont abattu trois personnes lors d’une opération de débarquement menée ce dimanche 26 septembre au matin à Shuhail, dans le gouvernorat syrien de Deir ez-Zor (sud-est), a annoncé Sana.
Selon un correspondant de cette agence de presse syrienne, les soldats américains, qui ont débarqué d’hélicoptères, ont ouvert le feu contre les maisons et les terrains agricoles.
Les forces américaines contrôlent illégalement plusieurs territoires dans les gouvernorats syriens de Deir ez-Zor, d’Hassaké et de Raqqa. Ces régions du nord et du nord-est du pays abritent les plus importants gisements de pétrole et de gaz.
Damas a plusieurs fois dénoncé la présence de l'armée américaine sur son sol, la qualifiant d’occupation et de piraterie d’État destinée à voler de l'or noir. Le ministre syrien des Affaires étrangères, Faisal Mekdad, a de nouveau déclaré le 25 septembre, à l’issue d’un entretien avec son homologue russe Sergueï Lavrov, que Damas et Moscou exigeaient que les États-Unis retirent leurs forces de Syrie le plus vite possible.

Situation tendue près des champs pétroliers

Le 28 juin, une base militaire américaine située à proximité du plus grand gisement de pétrole syrien, Omar, dans le gouvernorat de Deir ez-Zor, avait été la cible de tirs de roquettes. Le pilonnage était survenu après des frappes aériennes de précision réalisées par les États-Unis à la frontière irako-syrienne, selon Sana.
En mars, la coalition internationale avait fait état de tirs de roquettes visant une base militaire américaine à Conoco, dans le gouvernorat syrien de Deir ez-Zor.
En juillet 2020, le sénateur américain Lindsay Graham avait annoncé que les Kurdes syriens avaient conclu un accord avec une société américaine pour moderniser les champs pétrolifères du nord-est du pays. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo avait confirmé les faits. Les autorités syriennes avaient considéré cet accord pétrolier comme nul et non avenu.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала