Kosovo: attaque contre deux bureaux d'immatriculation de véhicules

© REUTERS / LAURA HASANILes forces de l'ordre kosovares
Les forces de l'ordre kosovares - Sputnik Afrique, 1920, 25.09.2021
S'abonnerTelegram
Deux bureaux d'immatriculation de véhicules du gouvernement kosovar ont été attaqués et endommagés tôt samedi dans le nord du territoire, a indiqué le Premier ministre Albin Kurti, en accusant la Serbie de vouloir "provoquer un conflit".
Ces attaques interviennent au sixième jour des manifestations des Serbes, majoritaires dans le nord du Kosovo, pour protester contre la décision de Pristina d'interdire l'entrée sur le territoire des voitures munies de plaques d'immatriculation serbes.
Un bureau d'immatriculation a été incendié dans la petite ville de Zubin Potok et un autre a été démoli à Zvecan, sans faire de victimes, a dit le Premier ministre.
Les assaillants ont lancé deux grandes à main sur le bureau à Zvecan mais elle n'ont pas explosé, selon la même source.
"Des individus et des groupes, dont les activités mettent en péril l'Etat de droit et l'ordre public, s'attaquent à notre Etat et trouble la paix", a écrit le chef du gouvernement kosovar, Albin Kurti, sur son compte Facebook. "La Serbie les encourage et les soutient clairement (...) La Serbie abuse des citoyens du Kosovo pour provoquer un sérieux conflit international", a-t-il accusé.
Ancienne province serbe, le Kosovo a proclamé en 2008 son indépendance mais elle n'a pas été reconnue par Belgrade qui encourage les Serbes vivant au Kosovo -- majoritairement albanais, sauf dans le nord --, à ne pas reconnaître l'autorité de Pristina.
Le gouvernement kosovar a déployé lundi les forces spéciales de la police près de deux postes-frontières avec la Serbie, dans le nord du Kosovo, pour faire appliquer sa décision, qui est, selon Pristina, une "mesure de réciprocité".
Les autorités de Pristina imposent désormais aux véhicules immatriculées en Serbie d'enlever les plaques minéralogiques serbes et d'apposer des plaques temporaires pour circuler au Kosovo.
Mais des centaines de serbes ont bloqué avec des poids lourds le trafic sur les routes menant vers les deux passages frontaliers. Ils réclament l'annulation de cette mesure.
Pristina a justifié sa décision par le refus depuis des années de la Serbie de laisser entrer les véhicules immatriculés République du Kosovo (RKS), alors que jusqu'ici les voitures serbes entraient et circulaient librement dans le Kosovo.
Les États-Unis et l'Union européenne ont appelé à la désescalade des tensions et au retour des deux parties au dialogue sur la normalisation de leurs relations, mené depuis une dizaine années sous la houlette de Bruxelles.
Le président serbe conditionne la reprise de ce processus par le retrait des forces spéciales kosovares du nord du Kosovo.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала