Sous-marin Shortfin Barracuda (AFP PHOTO / DCNS) - Sputnik Afrique, 1920, 21.09.2021
L'Australie rompt le méga-contrat de sous-marins avec la France
Une nouvelle alliance entre les États-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni a torpillé un contrat de sous-marins français à Canberra, provoquant l'ire de Paris.

France-USA, les sous-marins de la discorde: "il faut geler certaines relations bilatérales"

© AFP 2022 HOSous-marin Shortfin Barracuda (AFP PHOTO / DCNS)
Sous-marin Shortfin Barracuda (AFP PHOTO / DCNS) - Sputnik Afrique, 1920, 23.09.2021
S'abonnerTelegram
Après l’annulation du contrat des sous-marins en Australie, la France a pris des mesures diplomatiques. Le général François Chauvancy explique pour Le Désordre mondial que cette riposte "ne suffit pas".
Une annulation de gala à Washington ou le rappel d’ambassadeurs de France en Australie et aux États-Unis "ne suffisent clairement pas" pour répondre à l’annulation du "contrat du siècle" de sous-marins français vendus à l’Australie suite à une ingérence américaine.
Le général François Chauvancy, ancien général de brigade de l’armée de Terre, considère que cette affaire "est très grave":
"J’appelle cela de la trahison. Il faut geler un certain nombre de relations bilatérales. Il faut par exemple refuser tout exercice en commun en mer de Chine méridionale, si jamais il y en avait. Mais la position des États-Unis est aussi à méditer au sein de la défense de l’Europe. Qui peut maintenant croire que l’Amérique viendra demain nous défendre? C’est presque un message pour que l’autonomie stratégique européenne monte en puissance."
La nouvelle coalition "Aukus", qui comprend les États-Unis, l’Australie et la Grande-Bretagne, vise à contrer l’expansionnisme chinois dans l’Indo-Pacifique.
Naval Group - Sputnik Afrique, 1920, 23.09.2021
L'Australie rompt le méga-contrat de sous-marins avec la France
Crise des sous-marins: le fleuron français Naval Group prépare une facture salée pour l’Australie
Elle a été rendue publique le 15 septembre et exclut la France. Face à cela, le général Chauvancy estime qu’il faudrait aujourd’hui favoriser de nouvelles alliances:
"Dans le cadre de la coopération structurée qui existe au sein de l’Union européenne, je proposerais que nous, la France, qui sommes la première puissance militaire de l’Union européenne, ne travaillions plus avec les Britanniques mais avec quelques États qui sont prêts à prendre des risques. Un pays comme la Pologne est intéressant. On a des divergences politiques mais c’est un État puissant. Et puis il y aussi quelques pays du Nord qui ne sont pas trop proches des Américains comme le Danemark."
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала