Le secrétaire général de l’Onu explique ce qui pourrait déclencher une confrontation mondiale

© AP Photo / EDUARDO MUNOZAntonio Guterres
Antonio Guterres - Sputnik Afrique, 1920, 22.09.2021
S'abonnerTelegram
Tandis que le monde fait toujours face à la pandémie de Covid-19, le secrétaire général de l’Onu a averti dans son discours de ce 21 septembre d’autres menaces qui pourraient entraîner de nouvelles crises, en particulier des cyberattaques.
Lors de son discours à l'ouverture de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies, le secrétaire général de l’organisation a estimé que le monde n’a jamais été autant divisé qu’aujourd’hui, faisant allusion à de nombreux risques pouvant déclencher de nouvelles crises, notamment les cyberattaques.
"Je suis ici pour donner l'alerte, le monde doit se réveiller. Nous sommes au bord d’un abysse et nous allons dans la mauvaise direction. Notre monde n'a jamais été plus menacé et plus divisé", a martelé Antonio Guterres.
Le secrétaire général de l’Onu a, en outre, tenu à souligner que le monde faisait face à une "cascade de crises", parmi lesquelles la pandémie de Covid-19, les problèmes liés aux changements climatiques, les tensions en Afghanistan et dans divers pays d'Afrique.
"Je suis certain, par exemple, que toute confrontation future majeure commencera par une cyberattaque massive", a-t-il avancé.
Parmi les six grands fossés qui séparent la population mondiale et l’affectent de manière négative, Antonio Guterres a cité l’inégalité d'accès à la Toile.
"La moitié de la population n'a pas accès à Internet. Nous devons connecter tout le monde à Internet d'ici 2030", a-t-il lancé.

La cybersécurité dans le monde

Le problème de la cybersécurité n’a pas été évoqué par le secrétaire général de l’Onu par hasard. Les experts du monde entier notent l’augmentation de ce genre de crimes. Notamment, l’agence américaine PurpleSec a publié un rapport dans lequel elle conclut qu’en raison de la pandémie de Covid-19, la quantité de cybercrimes a vu une hausse de 600%.
"Une recrudescence des schèmes sophistiqués d’hameçonnage par les cybercriminels a émergé. Les acteurs malveillants se présentent comme des représentants du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ou de l'Organisation mondiale de la santé (OMS)", indique le document.
Qui plus est, selon l’entreprise, le nombre total de virus sur Internet qui visent les logiciels a augmenté au cours des dix dernières années, ainsi que les rançongiciels (350% en 2018).
Le déploiement de la 5G a rendu les appareils plus connectés que jamais. Tout cela pour dire que l'industrie de la cybersécurité n'a jamais été aussi importante, selon le site Varonis. Il précise que les employés travaillant à distance seront désormais les premières victimes des hackers.
"Le nombre croissant d'infractions à grande échelle et bien médiatisées donne à penser que non seulement le nombre d'atteintes à la sécurité augmente, mais aussi leur gravité."
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала