L'Argentine affronte ce mercredi une échéance de 1,88 milliard de dollars due au FMI

© Sputnik . Natalia SeliverstovaLe Fonds monétaire international
Le Fonds monétaire international - Sputnik Afrique, 1920, 22.09.2021
S'abonnerTelegram
L'Argentine doit s'acquitter, ce mercredi, d’une échéance de 1,88 milliard de dollars sur le principal d’une dette de 44 milliards de dollars contractée en 2018 auprès du Fonds monétaire international (FMI), considérée comme le plus important prêt jamais accordé à un pays par cet organisme financier international.
Des sources gouvernementales à Buenos Aires ont précisé que l'Argentine doit payer d’ici la fin de l’année près de 400 millions de dollars d'intérêts et 3,8 milliards de dollars sur le principal du crédit, dont la moitié arrive à échéance ce 22 septembre.
Les mêmes sources indiquent que cette échéance sera honorée grâce aux fonds reçus du FMI au titre des droits de tirage spéciaux (DTS) distribués récemment par le FMI aux pays membres pour faire face aux effets de la pandémie. Sur les 65 milliards de dollars alloués par le FMI, la part perçue par l’Argentine s’élevait à 4,33 milliards de dollars.
Depuis plusieurs mois, le gouvernement argentin est en négociations permanentes avec le FMI pour la restructuration de cette dette qu'il dit ne pas pouvoir honorer selon les termes de l’accord initial.
L’Argentine exige la révision du taux d’intérêt "excessif" de ce prêt et la durée de remboursement trop courte.
L’imminence d’un accord a été annoncée à plusieurs reprises sans qu’il soit concrétisé. La date limite pour y parvenir est fixée au mois de mars 2022.
Le Club de Paris, un des principaux créanciers de l'Argentine, exige, lui aussi, la conclusion d’un accord de restructuration de la dette avec le FMI avant qu’il ne fasse de même pour la dette argentine qui s’élève à 2,4 milliards de dollars.
En mai dernier, le Président argentin Alberto Fernandez avait effectué une tournée en Europe avec un seul point à l’ordre du jour: recueillir le soutien des principaux pays européens (Portugal, Espagne, France, Italie et Allemagne) dans les négociations avec le FMI pour restructurer la dette argentine.
Mardi, le Président argentin a fait une attaque en règle contre les conditions jugées "injustes" de l’accord de prêt de 2018.
S'exprimant devant la 76e Assemblée générale des Nations unies, Fernandez a déclaré que son pays était "soumis" à un "endettement toxique et irresponsable" auprès du FMI.
"Les ressources approuvées par le FMI au profit de l'Argentine dans le cadre de cette dette insoutenable étaient de 57 milliards de dollars, l'équivalent de tout ce que cet organisme a déboursé dans l’année de la pandémie, en faveur de 85 pays du monde".
"Il n'y a ni rationalité technique, ni logique éthique, ni sensibilité politique qui puissent justifier une telle aberration", a dénoncé le chef d’État argentin.
L'Argentine avait réussi à réduire légèrement sa dette extérieure, publique et privée l'an dernier, mais le niveau élevé d'endettement continue de peser sur l’économie du pays.
Selon le ministère de l'Économie, la dette brute de l'administration centrale à la fin du premier trimestre 2021 était de 335,55 milliards de dollars, ce qui représente 101,5 % du PIB argentin.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала