La Russie réagit à la crise du gaz qui secoue l’Europe et répond aux USA

© Sputnik . Stringer / Accéder à la base multimédiaUne entreprise gazière
Une entreprise gazière - Sputnik Afrique, 1920, 22.09.2021
S'abonnerTelegram
Sur fond de crise énergétique européenne et alors que les États-Unis veulent augmenter l'approvisionnement en gaz de l'Europe dès que possible, Moscou a expliqué qu’il fallait que l'UE achète plus pour qu’il lui soit fourni plus.
Faut-il s'inquiéter pour l'approvisionnement en gaz cet hiver? Le conseiller principal du département d'État pour la sécurité énergétique Amos Hochstein a prédit dans une interview accordée à Bloomberg la possibilité d'une pénurie en Europe en cas de temps rigoureux. Pour surmonter cela, selon lui, la Russie devrait augmenter l'approvisionnement en gaz de l'Europe via le territoire de l'Ukraine dès que possible. Le Kremlin n’a pas laissé cet appel sans réponse.
"La partie russe remplit à 100% et même plus toutes les obligations contractuelles envers les consommateurs européens. De plus, à notre connaissance, nous sommes proches du maximum historique quant aux approvisionnements en gaz aux acheteurs européens", a déclaré le porte-parole du Kremlin.
Mais, selon lui, il y a "une vérité très simple", à savoir que "le gaz est d'abord vendu, puis extrait, et seulement ensuite il transite". "Il est impossible de faire transiter du gaz sans le vendre".
Autrement dit, comme l’a expliqué Dmitri Peskov, afin d'augmenter le volume d'approvisionnement par exemple après 2024 via l'Ukraine, il est nécessaire d'augmenter les volumes achetés par l'Europe.
À cause de leur législation, les Européens "préfèrent désormais se concentrer davantage sur les livraisons au comptant, sur le marché au comptant. C'est précisément le marché au comptant qui conduit à une hausse des prix aussi abrupte et galopante", a-t-il poursuivi.
Crise énergétique en Europe
Un groupe de quelque 40 eurodéputés avait demandé mi-septembre à la Commission d'enquêter sur le géant énergétique russe Gazprom, l’accusant de réduire ses approvisionnements en gaz passant par l'Ukraine pour pousser l'Allemagne à approuver plus rapidement l'entrée en service du gazoduc Nord Stream 2 et alimentant ainsi une hausse des prix. Gazprom avait démenti toute manipulation du marché.

Les prix de l'électricité, déjà en forte hausse depuis des mois dans le sillage des cours mondiaux du gaz, se sont envolés récemment dans plusieurs pays de l'UE.

Certains gouvernements ont dit envisager des mesures telles que des aides ou un plafonnement des prix afin de limiter l'impact sur les consommateurs.

En France, le gouvernement a annoncé la semaine dernière qu'il verserait en décembre une aide "exceptionnelle" de 100 euros aux 5,8 millions de Français bénéficiaires du "chèque énergie".
Les États-Unis subissent également une hausse des prix de l'énergie mais sont protégés en tant que producteur de gaz de schiste. La ministre américaine de l'Énergie Jennifer Granholm, en visite à Varsovie, a mis en garde le 22 septembre contre une "manipulation" des prix du gaz en Europe par le biais "de la thésaurisation ou de l'échec à fournir une offre adéquate".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала