Hidalgo annonce vouloir baisser la vitesse sur les autoroutes tout en taclant Macron

© AFP 2022 THOMAS SAMSONAnne Hidalgo
Anne Hidalgo - Sputnik Afrique, 1920, 21.09.2021
S'abonnerTelegram
Alors que la présidentielle approche, Anne Hidalgo a relancé sur RMC-BFM TV le débat sur la limitation de la vitesse. Lançant une pique dissimulée à l’encontre d’Emmanuel Macron pour son "jupitérisme", elle prône l’importance d’engager des discussions locales pour prendre une décision.
Invité ce mardi 21 septembre sur RMC-BFM TV, Anne Hidalgo, candidate PS à l'élection présidentielle de 2022, s'est prononcé pour "la baisse de la vitesse" sur l'autoroute.

"130 km/h c'est beaucoup […]. Moins de vitesse, c'est moins d'accidents", affirme-t-elle sans pour autant donner de vitesse acceptable.

La maire de Paris estime que cette décision ne doit pas être prise uniquement au niveau national, lançant ainsi une pique dissimulée à Emmanuel Macron.

"Le Jupitérisme nous a conduits à dire qu’il faut régler chaque détail de la vie des Français depuis très très haut. Je pense que ce sont des décisions qui doivent se prendre, bien sûr, en concertation et en discussion avec le gouvernement, avec les autorités nationales, mais que ce sont aussi des discussions qui doivent se faire localement", explique-t-elle.

Malgré cette déclaration, il n’est pour l'heure pas clair si Anne Hidalgo osera introduire dans son programme présidentiel cette initiative que préconisait la Convention nationale sur le climat au printemps 2020.
La limitation de la vitesse maximale autorisée de 130 km/h à 110 km/h sur l’autoroute n’a pas été soutenue par le gouvernement, suivant ainsi l’opinion de beaucoup de Français qui l’avaient qualifiée de "purement idéologique" et estimaient que cela restreindrait considérablement leurs déplacements.
En effet, cette mesure a été jugée impopulaire par les Français. Selon un sondage Odoxa pour Le Figaro et Franceinfo, réalisé les 24 et 25 juin 2020, 74% des personnes interrogées s’y sont opposées.
Des chiffres qui devraient rester à peu près les mêmes cette année, car les mesures défavorables à l’automobile sont généralement mal accueillies en France, une hausse des taxes sur le carburant ayant été par exemple le point de départ du mouvement des Gilets jaunes en 2018.

La vitesse déjà limitée à Paris

Même les arguments des défenseurs du 110 km/h sur la réduction des émissions moyennes de CO2 de 20% grâce à cette mesure ne semblent pas persuader de nombreux Français de son importance. Cependant, il s’agit d’une question importante pour Anne Hidalgo qui, en tant que maire de Paris, a réaffirmé en 2020 lors du forum Zéro carbone son engagement de neutralité d’ici à 2050.
Ainsi, l’élue a également limité à 30km/h la quasi-totalité des rues de la capitale depuis le 30 août. Une mesure qui vise à améliorer la sécurité routière, à faire baisser les nuisances sonores et à "adapter une ville au changement climatique en diminuant la place de la voiture", selon David Belliard, adjoint d’Anne Hidalgo aux transports et à la voirie de Paris.
Pour l’instant, Anne Hidalgo ne recueille que de 7 à 9% des intentions de vote, selon un sondage Ifop Fiducial pour LCI et Le Figaro publié le 6 septembre et qui place en tête Emmanuel Macron et Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle, quelle que soit la configuration..tour de la présidentielle, dans toutes les configurations.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала