Une légende des échecs soviétiques attaque Netflix pour diffamation dans la série «Le jeu de la dame»

Nona Gaprindashvili - Sputnik Afrique, 1920, 17.09.2021
S'abonnerTelegram
La première femme à avoir obtenu le titre de grand maître international du jeu d’échecs, Nona Gaprindashvili, a porté plainte contre la plateforme Netflix en l’accusant de diffamation et de sexisme. Elle a à plusieurs reprises affronté des joueurs hommes, contrairement à ce qui est affirmé dans la série «Le jeu de la dame».
Nona Gaprindashvili, joueuse d’échecs soviétique d’origine géorgienne et première femme à avoir obtenu le titre de grand maître international de la Fédération internationale des échecs en 1978, a débuté une partie contre la plateforme américaine de streaming.
Le 16 septembre elle a saisi la justice en accusant les producteurs de la mini-série «Le jeu de la dame» (The Queen’s Gambit) de diffamation, rapporte le New York Times.
La mini-série en question, mise en ligne fin 2020, décrit la vie d’Elisabeth Harmon, personnage d’ailleurs totalement imaginaire, prodige des échecs qui devient la meilleure joueuse au monde. L’histoire se déroule dans les années 1950-1960.
Dans le dernier épisode Elisabeth Harmon joue un tournoi à Moscou.
«La seule chose inhabituelle à son sujet, vraiment, est son sexe. Mais même cela n'est pas unique en Russie. Il y a Nona Gaprindashvili, mais c'est la championne du monde féminine et elle n'a jamais affronté d'hommes», décrit à l'écran un commentateur.
D’après le New York Times, la plainte a été déposée auprès d’un tribunal à Los Angeles. La plaignante, âgée de 80 ans, demande une compensation de plusieurs millions de dollars et que soit retirée la phrase présentant un «mensonge dévastateur, qui sape et dégrade ses réalisations devant une audience se chiffrant en millions».

Une expérience humiliante

Cette réplique a été incluse dans le scénario «pour un objectif bas de gamme et cynique de "dramatisation", en donnant l’impression que son héroïne imaginaire avait réussi à faire ce qu’aucune femme n’avait fait, y compris Gaprindashvili», poursuit la plainte.
«Ils essayaient de mettre en scène ce personnage imaginaire qui ouvrait la voie à d'autres femmes, alors qu'en réalité j'avais déjà ouvert la voie et inspiré des générations», s’indigne Nona Gaprindashvili dans une récente interview, organisée par ses avocats américains.
Durant sa carrière, toujours en cours, elle a souvent joué dans des tournois ouverts et a affronté de nombreux hommes, dont trois champions du monde: Mikhaïl Tal, Boris Spassky et Viswanathan Anand. De plus, elle a détenu le titre de championne du monde féminine pendant 16 ans (1962-1978).
«Peu de choses peuvent me traumatiser émotionnellement. Mais c'était surprenant pour moi et humiliant», avance cette légende des échecs qui a dû résister durant toute sa carrière au sexisme de ce milieu.
La plateforme assure à ce stade que la plainte est sans fondement. «Netflix a le plus grand respect pour Mme Gaprindashvili et son illustre carrière, mais nous pensons que la plainte n'a aucun fondement et nous nous défendrons vigoureusement», a déclaré la société, citée par le quotidien.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала