Les agressions dues au mécontentement provoqué par l’extension du pass sanitaire se banalisent

© AFP 2022 SAMEER AL-DOUMYUn pass sanitaire (image d'illustration)
Un pass sanitaire (image d'illustration) - Sputnik Afrique, 1920, 13.08.2021
S'abonnerTelegram
Le pass sanitaire est obligatoire depuis le 21 juillet dans les lieux de loisirs. Une mesure qui n’est pas appréciée par certains qui vont jusqu’à commettre des agressions. Parmi les victimes figurent notamment une employée saisonnière de la Haute-Vienne et un serveur de Charente-Maritime.
Les incidents dus à l’extension du pass sanitaire se multiplient en France. Ainsi, le 7 août, une employée saisonnière chargée de l'accueil des visiteurs au Centre de la mémoire du village martyr d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) a subi des agressions verbales et physiques par une femme, rapporte Le Populaire du Centre.
Les faits se sont déroulés vers 13h. Cette employée a voulu contrôler les pass sanitaires d’un couple d'une trentaine d'années, accompagné d'un enfant, mais la femme s’y est opposée en contestant «la légalité du décret» qui impose cette mesure.
«Je lui ai dit que ce n'était pas nous qui décidions, elle s'est énervée, elle nous a insultés et elle m'a pris par les épaules pour me pousser en arrière. J'ai reculé de deux mètres et suis tombée sur les fesses. Son compagnon a essayé de la calmer et un autre visiteur est aussi intervenu», explique la victime citée par le journal.
Le couple est parti sans qu’un agent de sécurité n'ait pu les retenir. Souffrant de douleurs aux épaules, l’employée a été examinée par un médecin avant de porter plainte. Une enquête a été ouverte.

Des agressions similaires

Il ne s’agit pas d’un cas isolé. Le 9 août, un serveur de Saintes, en Charente-Maritime, a reçu un coup de poing au visage après avoir demandé à un client de lui présenter son pass sanitaire, indique BFM TV.
«Il est complètement sorti de ses gonds, il s'est levé, il m'a poussé, je me suis retourné [...] et puis avant que je puisse dire quoi que ce soit, j'ai pris un coup de poing dans l'œil. Tout ça pour qu'il me dise juste avant de me frapper "mon pass sanitaire est dans ma poche, qu'est-ce que vous voulez de plus?"», s’indigne-t-il en annonçant son intention de porter plainte.
Le 25 juillet, le directeur du parc d’attractions Walygator, à Maizières-lès-Metz, en Moselle a été agressé verbalement et physiquement par un visiteur, rapporte Le Républicain lorrain.
Celui-ci a présenté un pass sanitaire non valide aux agents de sécurité à cause d’un bug de l’application TousAntiCovid Verif. Le directeur a refusé de le laisser passer, l’homme l’attrapant alors à la gorge, le soulevant et le jetant violemment à terre.

Hausse de l’agressivité envers les pharmaciens

Les pharmaciens constatent également une hausse de l’agressivité des patients depuis l’annonce de l’extension du pass sanitaire, indique La Voix du Nord.
«Face aux agressions observées depuis peu de professionnels de santé, ou de vandalisme de leurs lieux d’activités, nous condamnons fermement ces dérapages», écrivent ainsi David Alapini et Isabelle Lambert, présidents des ordres régionaux des pharmaciens et des médecins des Hauts-de-France, dans une tribune citée par le quotidien.
Ils notent également «être depuis plusieurs mois présents à [leurs] postes afin de prendre en charge les patients atteints par ce virus» et ne ménager «aucun effort pour lutter contre le risque d’une nouvelle flambée de contaminations, en offrant à la population des possibilités de dépistages massifs et de vaccination».
«On est au service des gens, on leur fournit des masques, des tests, on les vaccine et après on vient nous stigmatiser. Une partie de la profession est au bord du burn-out», déplore auprès de La Voix du Nord Grégory Tempremant, représentant régional de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO).
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала